NOUVELLES

Syrie: 16 morts dans un double attentat à la frontière turque (OSDH)

20/01/2014 01:33 EST | Actualisé 22/03/2014 05:12 EDT

Au moins seize personnes, dont six rebelles, ont été tuées et vingt blessées lundi dans un double attentat à la voiture piégée au poste-frontière de Bab al-Hawa entre la Syrie et la Turquie, a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Le premier véhicule a explosé à un barrage juste à l'extérieur du poste-frontière, situé dans la province d'Idleb (nord-ouest), et le second à l'intérieur de celui-ci, a précisé l'OSDH.

Le poste-frontière est contrôlé par des groupes rebelles, engagés depuis le 3 janvier dans des combats sanglants avec des jihadistes de l'Etat islamique en Irak (BIEN Irak) et au Levant (EIIL), leurs anciens alliés dans la lutte contre le régime de Bachar al-Assad.

Des combattants de l'EIIL, lié à Al-Qaïda, ont pris lundi le contrôle de l'aéroport militaire de Jarrah, dans l'est de la province d'Alep (nord), qui était aux mains des rebelles depuis février 2013.

Parallèlement, de violents combats faisaient rage entre jihadistes et rebelles dans les environs de la ville d'Azaz, toujours dans la province d'Alep, près de la frontière avec la Turquie. Des groupes rebelles ont bombardé des zones où se trouvaient les hommes de l'EIIL.

Dans la ville de Raqa (nord), que l'EIIL a reprise le 14 janvier à ses anciens alliés rebelles, les combattants ont interdit à la population de fumer ou d'écouter de la musique.

L'EIIL a décidé "d'interdire la vente de CD et de chaînes hifi, de même que la diffusion de musique dans les voitures, les bus, les magasins, et partout ailleurs", selon un communiqué diffusé sur des sites internet jihadistes et signé du "gouverneur de Raqa".

Le groupe ajoute que cette décision a été prise parce que les instruments de musique et le chant sont "interdits par l'islam car ils détournent les gens de Dieu et du Coran".

Dans un autre communiqué, l'EIIL explique en outre que dans le but "d'appliquer la charia (loi islamique), il est totalement interdit de vendre des cigarettes ou des narguilés".

Les combats entre rebelles --exaspérés par les exactions attribuées à l'EILL et ses volontés d'hégémonie-- et jihadistes ont fait près de 1.100 morts depuis le 3 janvier, selon l'OSDH.

Ailleurs dans le pays, lundi, cinq personnes ont été tuées à Deraa (sud) par des raids aériens menés par le régime, d'après la même source.

La veille, les frappes menées par l'aviation du régime avaient tué au moins 44 personnes dont 16 enfants, dans les provinces d'Alep et de Deraa.

Le conflit en Syrie, débuté en mars 2011 par une révolte populaire qui s'est transformée en insurrection armée face à la répression sanglante, a fait plus de 130.000 morts, d'après l'OSDH.

kam-cco/faa

PLUS:hp