NOUVELLES

Open d'Australie - Roger Federer se rappelle au bon souvenir de tout le monde

20/01/2014 10:21 EST | Actualisé 22/03/2014 05:12 EDT

Roger Federer est sorti vainqueur haut la main de son premier test du tournoi, face à Jo-Wilfried Tsonga, en huitièmes de finale de l'Open d'Australie, pendant que Maria Sharapova disparaissait à son tour, lundi à Melbourne.

On n'avait pas vu un Federer aussi pimpant depuis bien longtemps. Le Suisse, tête de série N.6, a à nouveau dominé, en trois sets (6-3, 7-5, 6-4), Tsonga (N.10), qu'il avait déjà sorti il y a un an en quart de finale.

Le Français n'a pas grand reproche à se faire. Le jeu du Suisse n'était plus apparu aussi fluide et naturel depuis des mois.

Depuis avant que ses problèmes de dos ne lui tombent dessus en mars dernier, et le précipitent vers une saison catastrophique, au cours de laquelle il n'a remporté qu'un tournoi (Halle) et a chuté au classement.

Pour la 11e année d'affilée à Melbourne et la 41e fois en Grand Chelem - record pour l'ère Open (depuis 1968) de l'Américain Jimmy Connors égalé - Federer, quadruple vainqueur en Australie (2004, 2006, 2007 et 2010) sera donc en quart.

Il restait sur des éliminations avant les quarts dans les deux derniers tournois du Grand Chelem - au deuxième tour à Wimbledon et en huitièmes de finale à l'US Open - après avoir aligné 36 apparitions consécutives en quart.

Federer en a fini avec les doutes

La sensation était donc agréable. "Ça fait du bien d'être de retour en quart", a convenu l'homme aux 17 titres du Grand Chelem, qui a à ses côtés en Australie son nouvel entraîneur, l'ancienne légende suédoise Stefan Edberg.

"J'en ai fini avec les doutes. Je sais que je vais dans la bonne direction", a assuré le Suisse, qui n'a toujours pas perdu le moindre set depuis le début du tournoi.

En quart, Federer sera confronté à un joueur qu'il connaît bien et ne lui a pas trop mal réussi par le passé : Andy Murray (N.4).

Le Britannique a fini par faire rentrer dans le rang le "lucky loser", Stéphane Robert, 119e mondial. Mais la sortie du Français n'a pas manqué de panache, bien à l'image de ce joueur attachant et atypique.

Ballotté pendant deux sets par Murray, Robert s'est entêté et a réussi à pousser l'Ecossais à un quatrième set avant de s'incliner sur la sixième balle de match (6-1, 6-2, 6-7 (6/8), 6-2), sous les ovations du public australien.

Sharapova trahie par son corps

Robert avait écrit l'histoire à 33 ans en devenant le premier "lucky loser" - c'est-à-dire joueur repêché dans le tableau principal après avoir échoué à sortir des qualifications - à atteindre les huitièmes à Melbourne.

Au cours de cette journée riche en émotions, on a aussi vu le N.1 mondial Rafael Nadal être inquiété pour la première fois du tournoi. Le Japonais Kei Nishikori (N.16) s'est montré menaçant dans les trois sets: 7-6 (7/3), 7-5, 7-6 (7/3).

Mais il lui a manqué un peu d'expérience et de confiance en soi pour au moins prendre un set à l'Espagnol, beaucoup moins intimidant qu'au tour précédent contre Gaël Monfils.

Comme dimanche avec la N.1 mondiale Serena Williams, blessée au dos, une élimination inattendue a frappé le tableau féminin. Cette fois-ci, c'est Maria Sharapova (N.3) qui est tombée, elle aussi trahie par son corps.

La Russe, qui n'avait pratiquement pas joué sur les six derniers mois de 2013 pour cause de blessures à une hanche puis à une épaule, s'est à nouveau fait mal à la hanche.

Gênée dans ses déplacements, elle a chuté (3-6, 6-4, 6-1), face à la Slovaque Dominika Cibulkova (N.24). Sa disparition fait les affaires de Victoria Azarenka (N.2), la double tenante du titre, désormais principale favorite à sa propre succession.

cyb/jcp

PLUS:hp