NOUVELLES

L'emploi ne profite pas de la faible reprise économique, selon l'OIT

20/01/2014 06:59 EST | Actualisé 22/03/2014 05:12 EDT

L'emploi dans le monde ne profite pas de la faible reprise économique: le nombre de chômeurs a presque atteint les 202 millions dans le monde en 2013 et le chômage des jeunes est particulièrement préoccupant, affirme l'OIT dans son rapport annuel.

Le rapport de l'Organisation Internationale du Travail sur les Tendances mondiales de l'emploi 2014 relève que la croissance de l'emploi reste faible, que le chômage continue d'augmenter, surtout parmi les jeunes, et que beaucoup de travailleurs découragés (23 millions) restent en dehors du marché du travail.

Au rythme actuel, 200 millions d'emplois supplémentaires seront créés d'ici à 2018, selon le rapport. C'est inférieur au niveau requis pour absorber le nombre grandissant de nouveaux arrivants sur le marché du travail.

Le nombre de demandeurs d'emploi devrait grimper de plus de 13 millions d'ici à 2018.

"Ce dont nous avons immédiatement besoin, c'est de repenser nos politiques. Nous devons accroître nos efforts pour accélérer la création d'emplois et soutenir les entreprises qui créent des emplois", souligne dans le rapport le Directeur général de l'OIT, Guy Ryder.

Près de 74,5 millions de personnes de la tranche d'âge des 15-24 ans sont sans emploi, le taux de chômage des jeunes atteignait 13,1% en 2013, plus de deux fois supérieur au taux de chômage mondial tous âges confondus.

La reprise mondiale des marchés du travail est freinée par un déficit de la demande globale. Dans de nombreuses économies développées, les réductions drastiques des dépenses publiques et les hausses des impôts sur le revenu et des taxes à la consommation pèsent lourdement sur les entreprises privées et les ménages, estime l'OIT.

Le rapport met aussi l'accent sur le nombre de travailleurs pauvres vivant avec moins de 2 dollars par jour: 839 millions de travailleurs (soit 26,7% de l'emploi total).

"La leçon consiste à ne pas accepter une sorte de fatalité et de penser que nous sommes condamnés à une croissance du chômage", a affirmé lundi dans une conférence de presse à Genève M. Ryder. "Il est absolument nécessaire d'intervenir pour stimuler l'emploi comme voie de sortie de crise. Par définition, la sortie de crise c'est quand les gens sont de retour au travail", a-t-il dit.

Le rapport appelle les gouvernements à dépenser davantage dans des politiques actives du marché du travail (PAMT), pour lesquelles 0,6% du PIB ont été dépensés en 2011. Si ce chiffre passait à 1,2% ce sont 3,9 millions d'emplois supplémentaires qui pourraient être créés dans les économies développées dont l'Union européenne, affirme l'étude.

pjt-jwf/pb/fw

PLUS:hp