POLITIQUE

Le Conseil des musulmans canadiens critique le projet de charte de la laïcité

20/01/2014 06:13 EST | Actualisé 22/03/2014 05:12 EDT
Radio-Canada

Dans un mémoire déposé à la commission parlementaire sur la charte de la laïcité, le Conseil national des musulmans canadiens affirme que le projet de loi 60 menace d'institutionnaliser la discrimination à l'endroit des musulmans du Québec.

Ce mémoire, dont Radio-Canada a obtenu copie, indique que le projet de charte va trop loin parce que l'interdiction des signes religieux va à l'encontre de la liberté de religion. Le Conseil national des musulmans canadien recommande à la commission d'apporter des modifications au projet de loi sur la charte des valeurs.

L'organisme préconise de remplacer l'interdiction du port des signes religieux par une obligation de faire une déclaration solennelle affirmant le devoir de réserve et de neutralité en matière religieuse.

La coordonnatrice des droits de la personne au Conseil national des musulmans canadiens, Amy Awad, estime que l'important, ce sont les actions des fonctionnaires de l'état et non leur apparence.

Amy Awad affirme que l'interdiction du port de signes religieux est une façon de créer des divisions et d'exclure certaines personnes.

Le mémoire rejoint la position du Barreau du Québec, qui juge illégale l'interdiction du port des signes religieux pour les employés de l'état.

Il prétend que dans les faits, certaines femmes musulmanes qui travaillent dans les garderies ou dans des écoles pourraient perdre leur emploi.

Le conseil trouve louable que la charte prône l'égalité entre les hommes et les femmes, mais estime que le projet de loi n'atteint pas cet objectif.

D'après le reportage de René Hardy

INOLTRE SU HUFFPOST

Hijab, burqa, niqab ou tchador?