NOUVELLES

La GRC se dote d'un petit drone à l'Île-du-Prince-Édouard

20/01/2014 11:52 EST | Actualisé 20/01/2014 11:53 EST
ASSOCIATED PRESS
FILE - In this Jan. 31, 2010 file photo, an unmanned U.S. Predator drone flies over Kandahar Air Field, southern Afghanistan, on a moon-lit night. Amnesty International calls on the U.S. to investigate reported civilian casualties from CIA drone strikes in Pakistan and compensate victims in a report providing new details about innocent citizens allegedly killed in the attacks. (AP Photo/Kirsty Wigglesworth, File)

CHARLOTTETOWN _ Les policiers de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) de l'Île-du-Prince-Édouard disposent désormais d'un petit objet volant non-habité qui peut leur être utile lors de la tenue de certaines enquêtes.

Il s'agit d'un petit drone muni de six hélices, dont le format équivaut à la taille d'une grande pizza. Il est muni d'une caméra qui capte des images qui peuvent ensuite être relayées aux policiers au sol.

Les policiers fédéraux de l'Île-du-Prince-Édouard peuvent l'utiliser, par exemple, lors de la reconstitution aérienne de scènes d'accidents de la circulation.

L'usage du petit appareil, qui vaut 18 000 $ leur permet de ne plus recourir aussi souvent à un hélicoptère qu'ils devaient faire venir de Moncton, au Nouveau-Brunswick, chaque fois qu'ils en avaient besoin, moyennant de frais horaires de 1000 $.

L'objet volant provient de la GRC en Saskatchewan, où il y en avait un en surplus.