NOUVELLES

Afrique: les précédentes opérations de l'Union européenne

20/01/2014 12:36 EST | Actualisé 22/03/2014 05:12 EDT

Rappel des opérations de l'Union européenne sur le continent africain, après la décision lundi de l'UE de lancer une opération militaire en Centrafrique, qui pourrait rassembler 500 hommes en appui aux forces africaines et françaises.

- REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

- L'opération Artémis, en 2003, dirigée par l'UE et placée sous commandement français, avait pour mission de rétablir la sécurité à Bunia, chef-lieu de l'Ituri (nord-est), déchiré depuis 1999 par des affrontements interethniques.

Mandatée par l'ONU, la Force multinationale intérimaire d'urgence à Bunia est la première opération de maintien de la paix menée collectivement au nom de l'UE hors du continent européen. Elle s'est déroulée de juin à septembre 2003 et environ 2.000 soldats de 17 pays y ont participé.

Outre la France --qui a fourni l'essentiel des troupes (1.500 hommes)-- la Belgique, la Suède et la Grande-Bretagne disposaient d'hommes sur le terrain, tandis que les autres pays ont fourni des officiers de liaison. Artémis a aussi regroupé des contingents non européens.

L'opération, dont le mandat se limitait à Bunia et à son aéroport, a réussi à sécuriser la ville en écartant les milices armées. En septembre 2003, une brigade de la Mission de l'ONU a pris la relève avec un mandat couvrant l'ensemble de l'Ituri.

- La force européenne en RDC, Eufor (Force de sécurisation des élections), a été déployée en 2006 à Kinshasa pour sécuriser le processus électoral.

C'est à la demande de l'ONU, qui voulait renforcer la Monuc pendant les élections, que les pays de l'UE avaient décidé d'envoyer une force, à compter du 30 juillet 2006, date du premier tour des élections générales.

L'Eufor était constituée de quelque 1.400 hommes à Kinshasa et d'un millier d'hommes positionnés en réserve au Gabon. Elle a été engagée dans une opération militaire de sécurisation à Kinshasa, en proie à des violences post-électorales.

L'Allemagne a commandé l'opération menée par 20 pays de l'UE, tandis que la France a pris le commandement opérationnel des troupes à Kinshasa. Ces deux pays ont fourni les deux tiers des troupes. Le mandat de l'Eufor s'est achevé fin novembre 2006.

- TCHAD/CENTRAFRIQUE

- Une autre force européenne, Eufor, a été déployée en mars 2008 au Tchad et en Centrafrique avant de passer le relais à une Mission de l'ONU un an plus tard. 26 pays, dont 23 de l'UE, y ont participé.

Conçue pour limiter les répercussions du conflit du Darfour (ouest du Soudan) dans les deux pays frontaliers, l'Eufor avait pour mandat de protéger les réfugiés darfouris ainsi que les déplacés internes tchadiens et centrafricains.

- MALI/SOMALIE/CORNE DE L'AFRIQUE

L'UE mène actuellement une mission militaire de formation des forces de sécurité au Mali (EUTM Mali), lancée après l'intervention franco-africaine de janvier 2013. Elle a déjà formé les trois premiers bataillons de la nouvelle armée malienne, soit environ 2.000 hommes.

Une mission similaire est conduite en Somalie depuis 2008 tandis que l'UE contribue à la sécurité maritime au large des côtes de la Corne de l'Afrique avec son opération anti-piraterie Atalante lancée en décembre 2008.

acm/bc/jri/gg

PLUS:hp