NOUVELLES

Inde: un ministre réclame une enquête rapide sur le décès "non naturel" de son épouse

19/01/2014 10:02 EST | Actualisé 21/03/2014 05:12 EDT

Le ministre indien Shashi Tharoor, dont la femme a été retrouvée morte dans une chambre d'hôtel de luxe, a appelé dimanche à une enquête rapide sur le décès de son épouse, considéré comme "non naturel", selon un responsable.

Dans une lettre au ministre indien de l'Intérieur, M. Tharoor se dit "horrifié de lire les spéculations effrénées" des médias sur la mort de sa femme, retrouvée morte vendredi après avoir affirmé sur Twitter que son mari avait une liaison avec une journaliste pakistanaise.

Shashi Tharoor, 57 ans, secrétaire d'Etat chargé des Ressources humaines et ancien sous-secrétaire général de l'ONU, promet sa "coopération pleine et sans réserve" à l'enquête, dans sa lettre publiée par l'agence de presse Press Trust of India (PTI).

Il demande au ministre de l'Intérieur d'accélérer l'enquête afin que la vérité sur la mort de sa femme soit établie "le plus vite possible", a déclaré à l'AFP le secrétaire privé de M. Tharoor, Abhinav Kumar.

"Il est en état de choc. Il est soucieux et impatient de connaître la vérité (...) Ce qui s'est passé ce jour-là, personne ne peut le dire", a ajouté M. Kumar.

L'épouse de M. Tharoor serait décédée d'une "mort soudaine, non naturelle", selon l'autopsie conduite samedi.

"D'autres tests" sont nécessaires afin de déterminer la cause du décès de Sunanda Pushkar, 52 ans, a indiqué à la presse Sudhir Gupta, l'un des trois médecins qui ont mené l'autopsie.

Le corps présente "certaines blessures physiques", mais il n'a pas encore été établi qu'elles aient un lien avec sa mort, a ajouté le médecin.

Conformément au rituel hindou, Shashi Tharoor a procédé à la crémation du corps de son épouse, dont le décès a été qualifié de première "mort par Twitter" par les réseaux sociaux indiens.

Celle-ci est en effet survenue un jour après qu'elle a avoué avoir piraté le compte Twitter de son mari pour envoyer des messages laissant croire qu'il la trompait avec Mehr Tarar, une journaliste pakistanaise.

L'affaire fait les gros titres de la presse indienne, qui spécule sur un éventuel suicide de l'épouse du ministre et sur l'état dans lequel se trouvait le couple.

Un juge d'instruction devrait prendre la déposition de M. Tharoor lundi, au retour de la dispersion des cendres de son épouse dans la ville sainte de Haridwar, a déclaré M. Kumar à l'AFP. Le même jour, le rapport final d'autopsie doit être remis aux autorités.

Shashi Tharoor était rentré en Inde en 2008 après trois décennies à l'ONU à New York. Nommé une première fois au gouvernement, il avait dû démissionner en 2010 à la suite d'un scandale impliquant son amie devenue ensuite son épouse en troisième noce.

Un jour avant sa mort, Pushkar Tharoor avait avoué avoir piraté le compte Twitter de son mari pour envoyer des messages laissant croire qu'il la trompait avec Mehr Tarar, une journaliste pakistanaise qui nie toute relation avec le ministre indien.

anb/tha/sm/fw/plh

PLUS:hp