NOUVELLES

Base américaine à Okinawa: Tokyo va poursuivre le projet de déménagement (officiel)

19/01/2014 11:35 EST | Actualisé 21/03/2014 05:12 EDT

Le gouvernement japonais a affirmé lundi qu'il compte poursuivre son projet de déménagement d'une base américaine ailleurs sur l'île d'Okinawa, malgré l'élection dimanche d'un maire opposé à ce transfert dans la commune retenue.

Le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, s'est dit "déçu" par ce résultat mais a indiqué que le gouvernement allait malgré ce revers continuer le projet "de façon calme et en respectant les procédures légales".

"Il est naturel de chercher patiemment à obtenir la compréhension du maire", a-t-il poursuivi.

Susumu Inamine a été réélu à la tête de la municipalité de Nago, sur la côte est d'Okinawa (sud du Japon).

Soutenu par plusieurs partis de gauche, cet homme de 68 ans est farouchement opposé au projet des gouvernements japonais et américain de déplacer la base aérienne de Futenma d'une zone urbaine du sud d'Okinawa vers sa commune.

Bien que l'élu ne dispose pas d'un droit de veto sur l'installation de la base, il peut s'opposer à l'usage des routes et des ports par les constructeurs du site militaire.

M. Inamine a promis d'utiliser tous les recours possibles, ce qui risque de retarder le projet.

Le mois dernier, le gouvernement de droite japonais dirigé par Shinzo Abe avait pourtant remporté une victoire importante, en obtenant du gouverneur d'Okinawa qu'il signe l'autorisation de créer des terrains artificiels en bord de mer à Nago.

Pour convaincre ce gouverneur longtemps réticent, M. Abe avait mis sur la table la promesse d'une aide financière d'au moins 300 milliards de yens (2,1 milliards d'euros) par an pour l'économie d'Okinawa jusqu'en 2021.

Le plan de déménagement de la base a été conclu en 1996 entre Tokyo et Washington mais n'a toujours pas été concrétisé à cause de la méfiance d'une grande partie de la population d'Okinawa, où sont basés la moitié des quelque 47.000 soldats américains présents au Japon.

Lassés des nuisances et de l'insécurité engendrées par cette présence militaire massive, les opposants veulent que cette base quitte comme prévu la ville de Ginowan (sud d'Okinawa), mais pour la faire partir d'Okinawa et non la déménager ailleurs sur l'île.

Les installations actuelles sont très critiquées car elles sont dans une zone résidentielle.

Ce dossier complexe a parfois mis à l'épreuve les liens du Japon avec son principal allié, les Etats-Unis, notamment à l'époque du Premier ministre de centre-gauche Yukio Hatoyama (2009-2010), qui avait promis le départ de Futenma d'Okinawa avant d'y renoncer faute de trouver un terrain d'accueil, ce qui l'avait poussé à la démission.

mis-jlh/pn/jr

PLUS:hp