NOUVELLES

Un ministre israélien aux Emirats pour une réunion sur l'énergie

18/01/2014 06:10 EST | Actualisé 20/03/2014 05:12 EDT

L'Agence internationale des énergies renouvelables (Irena) a ouvert samedi sa 4e Assemblée générale avec la participation de ses 124 pays membres, dont Israël qui n'entretient pas de relations diplomatiques avec les Emirats arabes unis, pays hôte de la réunion.

La délégation israélienne était conduite par le ministre de l'Energie, Silvan Shalom, le plus haut responsable jamais envoyé par Israël pour représenter le pays à des assises de l'Irena, basée à Abou Dhabi et dédiée au développement des énergies renouvelables pour lutter contre le réchauffement climatique.

"M. Shalom représente Israël, qui participe à la réunion comme tous les autres membres de cette agence internationale", a déclaré à l'AFP un membre de la délégation israélienne, sous couvert d'anonymat.

Il s'est refusé à tout commentaire sur d'éventuels contacts que le ministre israélien de l'Energie pourrait avoir avec des officiels des monarchies pétrolières arabes du Golfe en marge de la réunion.

La plupart de ces monarchies, dont les Emirats arabes unis, lient toute normalisation avec Israël à un règlement du conflit israélo-palestinien, conformément au plan de paix arabe adopté en 2002 et rejeté par l'Etat hébreu.

Israël s'efforce depuis plusieurs années de se rapprocher discrètement de ces monarchies arabes qui, comme lui, sont inquiètes de la montée en puissance régionale de l'Iran.

En mai dernier, le quotidien Haaretz, citant un document économique du ministère des Finances, avait annoncé l'ouverture d'une mission diplomatique israélienne dans un pays du Golfe, sans préciser lequel.

Les Emirats avaient accueilli pour la première fois une délégation israélienne en mai 2003 à l'occasion d'une réunion du Fonds monétaire international (FMI).

Le sultanat d'Oman et le Qatar avaient ouvert des missions commerciales israéliennes, qu'ils ont fermées respectivement en 2000 et 2009 pour protester contre la politique de l'Etat hébreu à l'égard des Palestiniens dans les Territoires.

Au cours de son Assemblée générale de deux jours, l'Irena doit discuter notamment d'une feuille de route prévoyant de doubler à 36% la part des énergies renouvelables dans le paquet énergétique dans le monde à l'horizon 2030.

"La technologie existe déjà pour doubler la part des énergies renouvelables d'ici l'an 2030", a déclaré le directeur général de l'Irena, Adnan Z. Amin devant les participants venus de 66 pays et représentant 120 organisations régionales et internationales.

"Comparées aux systèmes basés sur les combustibles fossiles, les énergies renouvelables (...) sont meilleures pour notre santé, créent plus d'emplois et constituent un moyen efficace pour réduire les émissions de carbone, un objectif de plus en plus pressant", a-t-il ajouté.

tm/faa

PLUS:hp