NOUVELLES

Un diplomate iranien tué par balles à Sanaa

18/01/2014 08:45 EST | Actualisé 20/03/2014 05:12 EDT

Un diplomate iranien a été abattu par balles samedi dans une attaque menée par des inconnus dans un quartier abritant plusieurs ambassades à Sanaa, la capitale yéménite, selon des sources médicale et policière.

Il s'agit du premier assassinat d'un diplomate iranien au Yémen, survenu dans un contexte de tensions confessionnelles dans ce pays où l'Iran à majorité chiite est accusé d'aider la rébellion chiite zaïdite, en conflit ouvert avec les fondamentalistes sunnites, dans le Nord.

Les mobiles de l'attaque n'étaient néanmoins pas connus dans l'immédiat.

A Téhéran, le ministère des Affaires étrangères a condamné l'assassinat de son diplomate.

"Un groupe terroriste l'a attaqué et tenté de l'enlever mais il a résisté et les terroristes ont fini par lui tirer dessus", a déclaré la porte-parole du ministère, Marzieh Afkham, citée par l'agence de presse iranienne Isna.

"La République islamique condamne fermement l'incident et suivra l'affaire avec les autorités yéménites", a-t-elle ajouté.

Le chargé d'Affaires du Yémen à Téhéran a ensuite été convoqué par le ministère, où des responsables lui ont fait part de leur "vive protestation".

Pour sa part, le ministère yéménite des Affaires étrangères a dénoncé un assassinat "dirigé contre les relations irano-yéménites, et pas seulement le diplomate", affirmant que Sanaa et Téhéran étaient "soucieux de prévenir toute tentative de porter atteinte à ces relations".

Cité par l'agence officielle Saba, il a aussi promis de retrouver les meurtriers pour les présenter à la justice.

Selon une source policière, il s'agirait d'"inconnus circulant à bord d'une camionnette (qui) ont tiré à trois reprises en direction du diplomate au moment où il sortait de la résidence de l'ambassadeur d'Iran".

Des témoins ont indiqué que le diplomate avait été la cible de tirs à l'arme automatique en provenance d'une camionnette où avaient pris place trois jeunes hommes, qui ont réussi à prendre la fuite.

Selon une source médicale, le diplomate, Ali Asghar Assadi, a été "touché à l'épaule, à l'abdomen et à l'estomac" et a "succombé à ses blessures".

Le diplomate a été présenté par un chef de la police de Hadda comme "le responsable financier à l'ambassade d'Iran".

Un autre diplomate iranien, Nour-Ahmad Nikbakht, enlevé en juillet à Sanaa, est toujours aux mains de ses ravisseurs, qui seraient des membres d'Al-Qaïda, selon des sources tribales.

Les attaques et les rapts visant des étrangers se sont multipliés au Yémen, en proie à des violences dans plusieurs régions et où Al-Qaïda est de plus en plus actif.

Le 15 décembre, le consul du Japon avait été blessé à coups de poignard par des inconnus également à Hadda, qui abrite plusieurs missions et résidences diplomatiques.

Le 26 novembre, un Bélarusse a été tué et un autre blessé par des inconnus armés à Sanaa, où les deux hommes étaient, selon un responsable local, sous contrat en tant que conseillers détachés auprès de l'armée.

Les deux Bélarusses ont été attaqués à leur sortie d'un hôtel par des hommes circulant à moto, un moyen de transport souvent utilisé par les partisans d'Al-Qaïda pour mener leurs opérations armées.

Le 6 octobre, un garde de l'ambassade d'Allemagne à Sanaa a été tué en tentant de résister à une tentative de rapt.

mou-jj/tm-mod/vl/faa

PLUS:hp