NOUVELLES

Sous-carte Pascal-Bute: Alvarez sauve la face

18/01/2014 10:54 EST | Actualisé 18/01/2014 11:17 EST
PC

MONTRÉAL – Le Montréalais d’origine colombienne Eleider «Storm» Alvarez a eu besoin de tout son petit change pour venir à bout du coriace Manitobain Andrew Gardiner par décision unanime, samedi au Centre Bell, en sous-carte de l’historique combat entre Jean Pascal et Lucian Bute.

Après 10 rounds âprement disputés, les juges ont remis des cartes de 99-91, 96-93 et 97-93, toutes en faveur d’Alvarez (14-0, 8 K.-O.).

Initialement préparé pour un styliste gaucher en la personne du Sud-Africain Thomas Oosthuizen, le protégé du Groupe Yvon Michel (GYM) a plutôt eu droit à un bagarreur droitier en Gardiner (10-1, 6 K.-O.).

Le contraste a forcé l’olympien colombien à s’adapter pour contrer le style pugnace de l’homme sous la gouverne du groupe Eye of the Tiger Management.

Dès le son de la cloche, Gardiner a foncé tel un rouleau compresseur. Il ne semblait pas affecté du tout par les coups d’Alvarez jusqu’à la fin toute fin du huitième assaut, où il s’est fait «sonner les cloches» par le boxeur dirigé par l’entraîneur Marc Ramsay.

Ce dernier a dansé et placé les meilleures frappes jusqu’au gong final, malgré les huées des partisans.

Dans la défaite, le dur à cuire manitobain a tout de même gagné le cœur de la foule, puisqu’Alvarez a refusé de lui serrer la pince après le choc…

Notons que Gardiner est le deuxième partenaire d’entraînement de «Storm» a le défier dans un vrai combat, après Nicholson Poulard.

Gauthier doit se contenter d’un match nul

Dans une bataille de poids coqs (118 lb), Sébastien Gauthier (22-4-1, 14 K.-O.) de Saint-Jérôme et le Mexicain Javier Franco (21-12-3, 9 K.-O.) ont tout laissé dans le ring.

Après huit rounds d’action où Gauthier semblait avoir l’avantage grâce à son travail de sape au corps, les juges ont plutôt déclaré un verdict nul majoritaire (78-74 Gauthier, 76-76 et 76-76).

Il s’agissait d’une première présence dans l’arène en 14 mois pour le combattant affilié à InterBox.

«Il a fallu que j’explique à mon adversaire mexicain que c’était un match nul, car il croyait avoir perdu! Et pour être honnête, j’ai de la misère à comprendre comment ils ont pu en arriver à un verdict nul moi aussi. Mais bon, j’ai eu du plaisir…», a avancé Gauthier, déçu du pointage, mais tout de même heureux de sa prestation.

Zewski et Ulysse l’emportent

Le poids mi-moyen (147 lb) trifluvien Mikael Zewski (23-0, 18 K.-O.) n’a fait qu’une bouchée du courageux Polonais Krzysztof Szot (18-11-1, 5 K.-O.).

Un membre de l’écurie américaine Top Rank, Zewski a imposé son rythme du début à la fin avec son gabarit et sa vitesse supérieure, question d’enregistrer une victoire par T.-K.-O. à 0:46 de la septième reprise.

Le visiteur, qui semblait une ou deux catégories de poids plus léger que le talentueux pugiliste fleurdelisé, a au moins le mérite d’avoir duré sept rounds même s’il était complètement débordé.

«J’aurais aimé que ça dure un peu moins longtemps, mais il n’avait jamais été au tapis en carrière. C’est seulement dommage qu’il ne voulait pas engager le combat davantage», a mentionné Zewski.

À son premier affrontement professionnel, le mi-moyen montréalais Yves Ulysse Jr. (1-0, 1 K.-O.) comptait épater la galerie. Or, c’est maintenant mission accomplie avec un triomphe par T.-K.-O. au troisième round sur le Belge Vango Tsirimokos (6-4, 1 K.-O.).

La nouvelle recrue du groupe InterBox a débuté en force, rivant son opposant au plancher à deux reprises dès l’entame, avant de terminer le boulot à 1:52 du quatrième assaut.

Chose certaine, son style vif, qui ressemble un peu celui de l’ancien champion du monde américain Pernell Whitaker, a semblé plaire aux amateurs présents.

«C’était un fantasme! Je ne veux pas passer pour un masochiste, mais j’avais hâte de recevoir des coups avec des petits gants et j’ai adoré!», a lancé Ulysse, tout sourire après son premier succès.

Tests réussis pour Rivas et Beterbiev

Chez les poids lourds, ça cognait dur entre le Montréalais d’origine colombienne Oscar «Kaboom» Rivas (13-0, 8 K.-O.) et Shawn «The Sniper» Cox (17-5, 16 K.-O.) de la Barbade.

L’olympien des Jeux de Pékin et poulain de GYM a d’abord expédié Cox au tapis à la deuxième reprise avec une solide droite, avant de le saouler de coups dans le coin jusqu’à l’intervention de l’arbitre, à 1:53 du troisième engagement, afin de l’emporter par T.-K.-O.

Il s’agissait d’un premier face-à-face en un peu plus d’un an pour Rivas, puisqu’il était en rémission d’une sérieuse blessure à l’œil droit. Tout semble maintenant rentré dans l’ordre pour «Kaboom».

En lever de rideau, le Montréalais d’origine tchétchène Artur Beterbiev (4-0, 4 K.-O.) a complètement dominé le Français Gabriel Lecrosnier (16-26-3, 1 K.-O.), en route vers un gain par T.-K.-O. à 2:44 du quatrième assaut.

Le protégé de GYM, un champion du monde amateur (en 2009) et double olympien, est un véritable espoir chez les mi-lourds.

On ne lui opposera d’ailleurs plus de faire-valoir, foi de son entraîneur Marc Ramsay: on a tellement confiance en lui que malgré son manque d’expérience professionnelle, il s’attaquera à un rival classé mondialement lors de sa prochaine sortie.