NOUVELLES

Dany Laferrière à Rimouski, le temps d'une Nuit d'écriture

18/01/2014 01:48 EST | Actualisé 19/03/2014 05:12 EDT

Le programme de Lettres et création littéraire de l'Université du Québec à Rimouski tenait vendredi sa Nuit d'écriture. Pour l'occasion, les participants ont eu la chance d'échanger avec Dany Laferrière, qui participait à une activité littéraire au Québec pour la première fois depuis son élection à l'Académie française. 

Vendredi, 20 h sonnant. Feuilles blanches, verre de café et stylo à la main, une quarantaine d'artistes ont laissé libre cours, le temps d'une nuit inspirée, à l'écrivain qui sommeille en eux. Rassemblés au café L'Auriculaire de l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) pour la 2e Nuit d'écriture, les apprentis écrivains ont pu compter durant les 12 heures de production sur les bons conseils d'une dizaine d'auteurs, dont l'Immortel haïtien, Dany Laferrière.

L'activité était organisée par une équipe du baccalauréat en Lettres et création littéraire de l'UQAR, un programme unique au Québec qui consacre le tiers de sa formation à la création. Au bout de leur parcours, les finissants ont bien souvent en poche un manuscrit, prêt à être publié.

Refondé en 2010, le programme a d'ailleurs pour parrain Dany Laferrière qui effectuait vendredi à Rimouski sa première sortie publique au Québec depuis qu'il a revêtu l'habit vert des académiciens.

En dépit de ses nouvelles fonctions dans l'une des plus anciennes institutions françaises, l'auteur québécois d'origine haïtienne affirme être toujours aussi disponible pour les Québécois... même en région. « Je viens de la province, je suis habitué à des choses intimes et plus simple, donc bien sûr que je vais aller partout », confie-t-il.

Un marathon d'écriture

À la manière d'une joute d'improvisation, chaque heure, un auteur s'est présenté au micro pour y décrire un style littéraire et lancer, par le fait même, un défi aux participants qui disposaient ensuite d'un quart d'heure pour écrire un cours texte.

La ténacité des aspirants auteurs de la région a été saluée par un Dany Laferrière bien reposé, venu faire ses adieux quelques minutes avant l'aube.

« Il y en a beaucoup qui ont parlé de se dépasser. C'est un sentiment que je ne connais pas dans l'écriture. Peut-être que c'est quelque chose d'intéressant. Et eux, ils ont l'énergie pour traverser toute une nuit à écrire, à entendre des discours, des théories littéraires, à les appliquer et c'est bien », s'est émerveillé Laferrière avant de rajouter : « Je n'ai rien contre la discothèque, mais je trouve que ça aussi c'est aussi intéressant ! »

À 8 h du matin, samedi, participants et artistes ont baissé les plumes, des cernes au visage trahissant une carence de sommeil. Les lecteurs curieux devront toutefois patienter au 4 février pour découvrir les centaines de textes produits durant cette nuit qui seront offerts, lors d'une soirée de lecture, au café-bistro Le Bercail, à Rimouski.

PLUS:rc