NOUVELLES

Moody's relève la note de l'Irlande à Baa3, perspective positive

17/01/2014 05:06 EST | Actualisé 19/03/2014 05:12 EDT

L'agence de notation Moody's a annoncé vendredi qu'elle relevait d'un cran la note de la dette de l'Irlande à Baa3, citant l'accélération de la croissance économique et la sortie du plan d'aide international.

Moody's a également relevé la perspective de cette note de stable à positive.

"Le potentiel de croissance de l'économie irlandaise ainsi que l'assainissement budgétaire en cours devraient faire baisser le ratio d'endettement du gouvernement qui avait atteint récemment un sommet", ajoute Moody's.

L'analyste en chef de Moody's pour l'Irlande, Kristin Lindow, a expliqué que les perspectives, positives, incitaient à l'optimisme.

"Le relèvement de la note reflète le potentiel de croissance de l'économie irlandaise qui, avec la consolidation fiscale qui devrait se poursuivre dans les prochaines années, va faciliter la baisse des niveaux d'endettement, très élevés", a-t-elle confié à l'AFP.

L'agence cite aussi la sortie "dans les temps" du plan d'aide international fourni par l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI), le pays ayant restauré "une meilleure solvabilité et son accès aux marchés".

Le ministre des Finances irlandais Michael Noonan a considéré que le relèvement de la note venait comme une confirmation de la politique menée depuis la crise financière mondiale de 2008 et le marasme qui s'en était ensuivi pour l'ancien "Tigre celtique".

"La décision de Moody's de relever la note de la dette de l'Irlande reflète les progrès significatifs accomplis pour stabiliser les finances publiques, restructurer le secteur bancaire et surtout faire repartir l'économie et créer des emplois", a-t-il commenté dans un communiqué.

Fin décembre, l'Irlande était devenue le premier pays de la zone euro à s'affranchir d'un plan d'aide international. Il avait accepté un plan de sauvetage de 85 milliards d'euros de la part de l'Union européenne et du FMI en 2010, quand l'explosion de la bulle immobilière menaçait son système bancaire d'une faillite totale.

La semaine dernière, l'Irlande a en outre réussi sa première émission obligataire, en offrant un taux d'intérêt de quelque 3,5%, bien inférieur à celui d'une émission lancée en mars 2013.

vmt/sl/sam/jr

PLUS:hp