Charte des valeurs : Québec inclusif veut que le ministre Drainville soit remplacé

Publication: Mis à jour:
Print Article
BERNARD DRAINVILLE
PC

L'organisme Québec inclusif, qui s'est fait connaître pour son opposition au manifeste des Janette dans le débat sur la charte des valeurs, demande à la première ministre Pauline Marois de nommer le ministre de la Justice, Bertrand St-Arnaud, responsable du projet de loi 60 sur la charte des valeurs, en remplacement du ministre Bernard Drainville.

« Québec Inclusif juge que, par sa fonction de ministre de la Justice, Bertrand St-Arnaud aura une approche plus positive et plus compétente que son collègue député de Marie-Victorin », indique l'organisme dans un communiqué.

Québec inclusif reproche à Bernard Drainville d'être incapable d'être à l'écoute des « voix qui s'élèvent pour débattre dans un climat serein » et le juge « insensible et imperméable » aux différentes opinions exprimées dans le débat.

Il considère de plus que le ministre a une faible compréhension des aspects juridiques de son projet de loi.

« La population a pu le constater lorsque le ministre s'en est pris au Barreau du Québec, l'intervenant le plus rigoureux en matière juridique. En opposant son populisme à un mémoire rigoureux basé sur une étude étoffée, le ministre a clairement démontré son manque de profondeur », écrit Québec inclusif.

L'organisme souligne aussi l'attitude « exaltée » du ministre Drainville et le taxe d'« irresponsable ». 

« Pour mener ce débat sensible pour une grande majorité de la population, ça prend un ministre responsable, pas un politicien irresponsable » conclut-il.

La charte des valeurs, un débat de société

Aussi sur Le HuffPost:

Hijab, burqa, niqab ou tchador?
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Charte: des «atteintes aux droits» et des «conflits» à prévoir

Charte: Pas besoin de recourir à la clause dérogatoire, selon ...

Drainville dit pouvoir compter sur l'appui de militants libéraux

Drainville prié d'interdire la circoncision