NOUVELLES

Sous-carte du combat Pascal-Bute : les vedettes de demain en action (VIDÉO)

16/01/2014 06:24 EST | Actualisé 16/01/2014 09:01 EST

MONTRÉAL – Jean Pascal et Lucian Bute ont déjà été dans l’ombre, en sous-carte de Joachim Alcine et d’Éric Lucas, notamment.

Pour les pugilistes fleurdelisés en action lors des combats préliminaires au légendaire affrontement Pascal-Bute, samedi au Centre Bell, c’est l’occasion rêvée de briller et de se faire remarquer. Deviendront-ils les prochaines vedettes de demain?

« L’avenir de la boxe mondiale sera devant vos yeux », a avancé l’entraîneur Marc Ramsay, vantant les étoiles de la relève québécoise.

Dans un des duels non télédiffusés par HBO (mais tout de même présenté sur la chaîne secondaire HBO International), le Montréalais d’origine colombienne Eleider Alvarez (13-0, 8 K.-O.) fera face au Manitobain Andrew Gardiner (10-0, 6 K.-O.) dans une rencontre de mi-lourds (175 lb).

Ce dernier a répondu à l’appel après le désistement du Sud-Africain Thomas Oosthuizen, blessé lors d’une chute en moto.

« Je visais la ceinture WBC d’argent contre Oosthuizen et surtout, passer sur les ondes d’HBO. J’étais fâché sur le coup et je leur ai demandé de me trouver un autre rival qu’HBO allait accepter, mais la seule option sur la table était d’affronter Gardiner. »

Partenaire d’entraînement régulier d’Alvarez, mais qui a également croisé les gants avec Lucian Bute et Jean Pascal, il s’agit de la deuxième fois où Gardiner défie le protégé du Groupe Yvon Michel (GYM).

« Eleider était en camp avec Jean Pascal, il est donc dans la meilleure condition physique de sa carrière. Il s'était préparé initialement contre un gaucher, mais on connaît bien Gardiner et le fait qu'il soit droitier ne pose pas de problème. Gardiner est moins habile qu’Oosthuizen, mais il est plus résistant. Ce gars-là a un menton de granit et un cœur gros comme la terre. Les partisans seront gagnants au change. »

Suffit maintenant d’une victoire sous les yeux des dirigeants d’HBO pour qu’Alvarez, olympien des Jeux de Pékin, obtienne une autre occasion sur les ondes de la puissante chaîne américaine.

Autres espoirs

Pour le Trifluvien Mikael Zewski (22-0, 17 K.-O.), signé par le groupe américain Top Rank, combattre dans un événement de cette ampleur amène son lot de fébrilité.

« C’est émotif pour moi d’être ici sur une carte aussi historique », a-t-il avoué.

Le poids mi-moyen (147 lb) québécois affrontera le durable polonais Krzysztof Szot (18-10-1. 5 K.-O.).

Un autre qui voudra bien faire est le poids coq (118 lb) du groupe InterBox, Sébastien Gauthier (22-4, 14 K.-O.). Son rival sera le Mexicain Javier Franco (21-12-2, 9 K.-O.).

« C’est un événement de gros calibre international, mais s’il n’y a pas de sous-carte, il n’y a pas de gala. Je ne suis plus jeune... ma performance sera déterminante pour le reste de ma carrière », a-t-il expliqué.

Du côté de GYM, on mise sur le talent du mi-lourd russe Artur Beterbiev (3-0, 3 K.-O.). Il fera une dernière confrontation de six rounds, samedi, avant de passer en vitesse supérieure.

Son opposant sera le dur à cuire français Gabriel Lecrosnier (16-25-3, 1 K.-O.).

« Il s’agit de son dernier combat préparatoire. Vous serez surpris de son prochain adversaire, en mars ou en avril, a confié Marc Ramsay. On ne perdra pas de temps avec Artur et on vise un boxeur classé dans le top 10 mondial dès sa cinquième sortie. Il a déjà tout ce qu’il faut pour battre des gars de calibre. »

Quant au poids lourd montréalais d’origine colombienne Oscar « Kaboom » Rivas (12-0, 7 K.-O.), il fera un retour après 14 mois d’absence en raison d’une sérieuse blessure à l’œil droit. Il devait lacer les gants avec le Québécois Éric Barrak, mais ce dernier a subi une coupure au gymnase. On lui a plutôt trouvé le meilleur défi de sa carrière: un olympien comme lui, Shawn Cox (17-4, 16 K.-O.) de la Barbade.

« Je suis content de renouer avec la compétition! Je suis un peu plus nerveux qu’à l’habitude, a-t-il mentionné. Cox sait boxer. Eleider Alvarez lui a toutefois déjà passé un K.-O. au corps lors d’un tournoi international amateur. Je compte lui faire la même chose! »

Cox s’était déjà entraîné à Montréal au gymnase Ring 83, sous la férule de l’actuel entraîneur-soigneur de Jean Pascal, Russ Anber.

« Je suis venu une première fois à Montréal pour me préparer pour les Jeux de Sidney (en 2000). Je suis revenu pour réchauffer l’atmosphère et ramener une victoire chez moi », a-t-il souligné, question de faire passer le message qu’il n’est pas un faire-valoir.

Le meilleur boxeur amateur québécois des dernières années, le Montréalais Yves Ulysse Jr, fera ses débuts professionnels sur la carte. Le Belge Vango Tsirimokos (6-3, 1 K.-O.) sera celui qui tentera de gâcher son party.

Solide comme le roc (deux victoires contre un revers) lors du dernier Championnat du monde amateur au Kazakhstan, le jeune poids mi-moyen du club de boxe Champion de Saint-Michel découvrira un nouvel univers samedi.

« Que la fête commence! J’ai bien hâte de montrer mes capacités aux gens », a-t-il lancé au micro, tout sourire.

Un athlète naturel (et un excellent basketteur, foi de l’entraîneur Stéphan Larouche), mais à la personnalité légèrement timide. Les gens risquent de bien l’aimer celui-là!

À REVOIR :

Un samedi de boxe