BIEN-ÊTRE
10/01/2014 10:36 EST | Actualisé 17/03/2014 05:12 EDT

L'embonpoint augmente vos risques de crises cardiaques même si vous êtes en forme

Bloomberg via Getty Images
A man walks through a street in Tokyo, Japan, on Tuesday, Jan. 10, 2012. Productivity losses and medical treatment for non-communicable diseases such as diabetes, cancer and heart disease will reach $47 trillion through 2030, the World Economic Forum and Harvard University wrote in a study published in September. Photographer: Kiyoshi Ota/Bloomberg via Getty Images

MONTRÉAL - Les hommes maigres mais en mauvaise forme physique sont moins à risque d'être frappés par une crise cardiaque que ceux qui sont en bonne forme mais obèses, démontre une étude suédoise.

Les chercheurs de l'Université d'Umea ont étudié près de 745 000 hommes qui se sont enrôlés dans l'armée à l'âge de 18 ans, entre 1969 et 1984. L'état de santé de ces sujets a été suivi, en moyenne, sur une période de 34 ans, jusqu'au moment de leur décès ou d'une première crise cardiaque, ou jusqu'au 1er janvier 2011, selon la première échéance.

L'étude confirme qu'une bonne forme physique à l'adolescence réduit le risque d'être frappé par une crise cardiaque plus tard. L'enquête a aussi démontré que les hommes en bonne forme mais qui souffrent d'embonpoint ou d'obésité sont nettement plus à risque de subir une crise cardiaque que les hommes maigres, même si ceux-ci sont en moins bonne forme.

Le chercheur Peter Nordström a expliqué que les avantages associés à la bonne forme physique semblent insuffisants pour compenser les dangers qui découlent de l'embonpoint ou de l'obésité. L'idéal, a-t-il ajouté, est d'avoir à la fois un poids santé et une bonne forme physique.

L'étude a démontré que chaque amélioration de 15 pour cent du niveau de forme physique réduit de 18 pour cent le risque d'être terrassé par une crise cardiaque 30 ans plus tard, même en tenant compte d'une multitude de facteurs.

L'étude indique aussi qu'un entraînement physique régulier vers la fin de l'adolescence correspond à une réduction de 35 pour cent du risque de crise cardiaque prématurée.

Le docteur Nordström a prévenu que le lien entre forme physique et maladie cardiaque demeure complexe, et qu'il peut être influencé par plusieurs sources possibles d'erreurs.

INOLTRE SU HUFFPOST

Avant-après: des pertes de poids impressionnantes