POLITIQUE
14/01/2014 09:58 EST | Actualisé 16/03/2014 05:12 EDT

Commission sur la charte: les premiers intervenants entendus

Le ministre responsable des Institutions démocratiques, Bernard Drainville, a ouvert la première journée des audiences publiques sur le projet de loi 60 en disant être convaincu que le processus se fera dans le respect.

« De façon générale, les mémoires sont bien préparés, réfléchis. On va apprendre beaucoup de choses en commission. Ça va très bien se passer. Même s'il y a des désaccords, on va se respecter », a-t-il dit en point de presse, avant l'ouverture des travaux à l'Assemblée nationale.

« Oui, il faut adopter la charte, mais il ne faut pas brûler les étapes. Même si des gens sont contre la charte, s'ils ont l'impression d'avoir été écoutés et respectés, ils auront plus le goût de la respecter lorsqu'elle aura été adoptée », a-t-il ajouté.

Plus tôt, le premier intervenant qui sera entendu en commission parlementaire, l'ancien président de la Centrale des syndicats du Québec Réjean Parent, a dit être pour l'interdiction du port de signes religieux pour les employés de l'État. « À partir du moment où l'État établit des règles, les employés doivent se conformer », a-t-il dit en point de presse.

Plus de 270 personnes ou groupes ont manifesté le désir de donner leur opinion en commission parlementaire, et plus de 200 ont déposé un mémoire. Tous seront entendus. On estime qu'au moins 200 heures seront nécessaires pour entendre tous les intervenants, puisque 60 minutes sont prévues pour chaque personne ayant soumis un mémoire.

Le témoignage de Réjean Parent sera suivi de celui de Sam Haroun, auteur de L'État n'est pas soluble dans l'eau bénite et de celui du blogueur Samuel Samson.

En après-midi, on entendra notamment la Société d'histoire de Charlevoix et l'Organisme de communication pour l'ouverture et le rapprochement interculturel.

La fin de la commission parlementaire marquera le début de l'étude du projet de loi - article par article - par les députés, projet qui sera ensuite soumis au vote.

Un projet de loi déposé en novembre

C'est la deuxième fois que le public a la possibilité de donner son avis sur le projet de charte des valeurs. Une consultation avait été mise en place par le ministre responsable des Institutions démocratiques, Bernard Drainville, sur les premières propositions du Parti québécois, dévoilées le 10 septembre afin d'ouvrir une discussion devant conduire au dépôt du projet de loi.

Le projet de loi en tant que tel a finalement été déposé le 7 novembre, changeant de nom, mais subissant peu de modifications de contenu. La Charte des valeurs québécoises est ainsi devenue la Charte affirmant les valeurs de laïcité et de neutralité religieuse de l'État ainsi que d'égalité entre les femmes et les hommes et encadrant les demandes d'accommodements.

INOLTRE SU HUFFPOST

La Charte de la laïcité du Québec dans le détail