POLITIQUE
07/01/2014 02:37 EST | Actualisé 08/03/2014 05:12 EST

Avenir du Bloc québécois : Gilles Duceppe tient tête à Yves Michaud

Agence QMI

Gilles Duceppe, qui fut le chef du Bloc québécois de 1997 à 2011, a défendu la pertinence de maintenir cette formation politique à Ottawa dans le cadre de l'émission Pas de midi sans info, mardi.

M. Duceppe participait à un débat auquel prenait part également le souverainiste de longue date Yves Michaud. Ce dernier a réitéré les propos qu'il avait tenus en fin de semaine, selon lesquels le Bloc québécois n'avait plus sa raison d'être.

Selon Yves Michaud, le Bloc québécois ne fait plus que disperser les forces souverainistes et cette dispersion est nuisible : « J'ai 84 ans. J'arrive en fin de vie et j'aimerais ça voir l'indépendance du Québec. Or, le Bloc, ça retarde », a reconnu M. Michaud au micro de Jacques Beauchamp.

Devant Yves Michaud qui demeurait inébranlable, Gilles Duceppe a rappelé que le Bloc avait contribué à faire entendre la voix des souverainistes, non seulement au Canada, mais aussi ailleurs dans le monde. Une députée comme Francine Lalonde a développé un grand nombre de contacts à l'étranger, a cité en substance Gilles Duceppe à titre d'exemple. Francine Lalonde a été députée bloquiste à Ottawa pendant 17 ans et demi, soit de 1993 à 2010.

« J'ai de la difficulté à suivre votre raisonnement, a déclaré sans ambages Gilles Duceppe à Yves Michaud. Je ne comprends pas que vous disiez que le Bloc, c'était très bon en 1995 et ce ne l'est plus maintenant. »

Pour étoffer son propos, Yves Michaud a expliqué qu'à son avis, les consciences, les mœurs et l'électorat lui-même avaient subi une évolution au Québec. « L'indépendance ne se fera pas à Ottawa, affirme Yves Michaud, elle se fera au Québec ».

Yves Michaud rappelle de plus que les électeurs québécois n'ont élu que quatre députés bloquistes aux dernières élections fédérales, alors qu'il y en a déjà eu 50. « C'est un signal assez alarmant », de conclure Yves Michaud. Un élément que réfute Gilles Duceppe : « Il y a toujours de 20 % à 25 % des Québécois qui appuient le Bloc québécois », dit-il.

À Yves Michaud qui l'invitait à se battre au Québec même pour mener le Québec vers la souveraineté, Gilles Duceppe a spécifié qu'il n'intervenait dans ce débat qu'à titre de citoyen et de souverainiste. Gilles Duceppe a, de plus, répété qu'il n'entendait pas reprendre la tête du Bloc québécois.

Le week-end dernier, l'appel à la dissolution du Bloc québécois avait irrité l'ancien député bloquiste Pierre Paquette, pour qui le Bloc est toujours utile. « On aura toujours besoin d'un parti qui va représenter les souverainistes, et largement l'intérêt des Québécois à Ottawa. Pour moi, cette pertinence-là n'est pas à remettre en question », a souligné M. Paquette.

Toutes ces discussions surviennent à une semaine de la réunion du Bureau national du Bloc québécois, où l'on fixera notamment les règles de la course à l'élection d'un nouveau chef, qui remplacera Daniel Paillé.