NOUVELLES

Libye: la marine empêche des pétroliers d'entrer dans le port al-Sedra (compagnie)

06/01/2014 08:29 EST | Actualisé 08/03/2014 05:12 EST

La marine libyenne a empêché dimanche deux navires pétroliers d'entrer dans le port d'al-Sedra, bloqué depuis plusieurs mois par des gardes en conflit avec le gouvernement, a annoncé lundi la Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC).

"Les forces de la marine libyenne ont empêché dimanche (...) un pétrolier battant pavillon maltais, en pourparler avec des parties illégales, d'entrer dans le port d'al-Sedra pour charger du brut", a expliqué la NOC dans un communiqué.

De même, les propriétaires du navire ainsi que d'un autre pétrolier "soupçonné de vouloir se rendre dans le port d'al-Sedra pour les mêmes raisons" ont été prévenus qu'il était "illégal" d'envoyer des bateaux dans ce port.

Des gardes des installations pétrolières bloquent depuis juillet les principaux terminaux pétroliers de l'Est libyen pour réclamer l'autonomie de cette région.

Samedi, la NOC a décidé de maintenir l'état de force majeure décrété en août dans les principaux terminaux pétroliers de l'Est, Ras Lanouf, al-Sedra et Zueitina.

Jeudi, le gouvernement avait convaincu des protestataires de la ville d'Oubari de lever le sit-in imposé depuis fin octobre devant le champ al-Charara (sud, 330.000 barils par jour).

La production de ce champ pétrolier a atteint lundi 207.000 barils contre 60.000 à sa remise en fonction samedi, a indiqué à l'AFP un porte-parole de la NOC

Le 29 décembre, l'exploitation avait aussi repris dans deux champs pétroliers du sud de la Libye, Msala et Sarir, après une semaine d'arrêt en raison de la fermeture de deux raffineries de l'est.

Les mouvements de protestations ont fait chuter la production de brut à 250.000 b/j contre 1,5 million en temps normal. Selon le ministère du Pétrole, les pertes occasionnée sont estimées à 9 milliards de dollars.

yba/fcc

PLUS:hp