NOUVELLES

L'Eglise catholique néerlandaise veut un saint patron pour les victimes d'abus sexuels

06/01/2014 08:17 EST | Actualisé 08/03/2014 05:12 EST

Avec la demande en béatification d'un évêque néerlandais brûlé par l'armée japonaise pour avoir empêché le viol de 200 jeunes filles chinoises en 1937, l'Église catholique des Pays-Bas voudrait à terme désigner un saint patron pour les victimes d'abus sexuels, a-t-on appris lundi.

"Dans son dossier qui a été envoyé à Rome, l'évêque en charge du dossier, Frans Wiertz, suggère que l'évêque mort en 1937 soit "considéré comme un saint patron pour les victimes d'abus sexuels", a indiqué l'évêché de Roermond dans un communiqué.

Frans Schraven, né dans le sud-est des Pays-Bas et mort en octobre 1937 dans la ville de Zhengding (260 kilomètres au sud de Pékin), avait refusé de livrer à l'armée japonaise 200 jeunes filles chinoises comme "filles de réconfort".

Ces jeunes filles, en compagnie d'environ 5.000 autres personnes, s'étaient réfugiées au sein des murs de l'évêché, cherchant la protection de l'Église alors que la guerre entre le Japon et la Chine faisait rage.

Commencée en 1937, la guerre sino-japonaise s'est terminée en 1945, après plusieurs années d'atrocités commises par les soldats nippons sur le sol chinois.

Selon des témoignages, le religieux aurait déclaré aux soldats japonais: "vous ne recevrez jamais ce que vous demandez, plutôt mourir". Les soldats étaient alors repartis, avant de revenir en force en début de soirée.

Vers 20h, alors que les religieux étaient rassemblés dans la salle à manger de la mission, des soldats japonais sont revenus, et ont emmenés et menottés M. Schraven et 8 autres prêtres, qui avaient ensuite été arrosés d'essence et brûlés vif.

Selon l'évêque Wiertz, l'histoire de Frans Schraven montre qu'il "y a heureusement dans l'Église des personnes qui ont choisi le bon côté, qui ont condamné les abus et qui y ont sacrifié leur vie si cela était nécessaire".

"Ces dernières années, il y a eu beaucoup de rapports sur des abus au sein de l'Église. C'était honteux de voir que même des gens croyants pouvaient se rendre coupables de choses comme cela".

"Aujourd'hui, dans de nombreux endroits dans le monde, des abus sexuels prennent place", a ajouté M. Wiertz, ajoutant s'attendre à une réponse positive de la part de Rome à cette demande de béatification, préliminaire à une éventuelle canonisation.

Aux Pays-Bas, plusieurs dizaines de milliers de mineurs avaient été abusés sexuellement au sein de l'Église catholique néerlandaise entre 1945 et 2010 et 800 auteurs présumés avaient pu être identifiés, selon un rapport d'une commission indépendante demandé par l'Église elle-même.

L'Église catholique est secouée depuis plusieurs années par une série de scandales liés à la pédophilie, notamment en Autriche, Belgique, Irlande, Allemagne et aux Etats-Unis.

mbr/cjo/ndy/fw

PLUS:hp