La saison de la grippe est commencée au Québec avec, en arrière-plan, quelque cas recensés ces derniers jours d'influenzavirus de type A (H1N1) en Ontario et en Alberta, une grippe fort médiatisée en 2009.

En entrevue à RDI, l'urgentologue Alain Vadeboncoeur soutient que les cas de grippe augmentent au Québec, mais qu'il s'agit d'une situation normale que des indicateurs laissaient entrevoir un peu avant Noël.

« Oui, la saison de la grippe est commencée, mais de là à paniquer, je crois que ce n'est pas nécessaire », explique M. Vadeboncoeur.

M. Vadeboncoeur souligne que la peur de la grippe H1N1, en 2010, était due à la nouveauté du virus. « Il faut comprendre qu'à l'époque le H1N1 était un nouveau, entre guillemets, virus. Ça faisait longtemps qu'il n'était pas passé, ça faisait craindre à beaucoup de gens qu'il y ait des conséquences. »

Le virus ne s'est pas avéré aussi virulent que prévu, selon M. Vadeboncoeur.

« C'est vrai que ça touchait un peu plus les groupes plus jeunes, donc des enfants, ça avait créé beaucoup d'émoi », précise-t-il. Il souligne que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) considère le H1N1 comme un virus de la grippe comme les autres. « Il est d'ailleurs contenu dans le vaccin que les gens reçoivent cette année », poursuit-il.

Nouveau en 2009, le virus circule désormais dans la société nord-américaine sans grande conséquence. Le docteur Vadeboncoeur rappelle que la grippe tue des centaines de personnes chaque année, « surtout dans les groupes à risque, surtout les personnes âgées », précise-t-il, et qu'il faut s'en prémunir en prenant les précautions habituelles.

À VOIR AUSSI:

Loading Slideshow...
  • Astuce n°1: bien s'hydrater

    Boire beaucoup d'eau permet à la muqueuse nasale de ne pas se dessécher. Elle forme une barrière immunitaire contre les microbes. Donc si elle est en mauvais état, les virus entrent plus facilement. Vous pouvez aussi utiliser une solution saline vendue en pharmacie..

  • Astuce n°2: faire le plein de protéine

    Les protéines permettent la formation d'anticorps qui combattent les infections. Il convient d'ingérer 1 gramme de protéine par kilogramme de poids. Par exemple, si on pèse 70 kilo, il est recommandé de manger 70 grammes de protéine par jour.

  • Astuce n°3: renforcer les mesures d'hygiène

    Certaines mesures d'hygiène doivent être appliquées avec sérieux. Lavez-vous les mains fréquemment avec du savon et de l'eau. Lorsque vous éternuez, dirigez votre visage à l'intérieur de votre coude. Et en cas de symptômes d'une infection (diarrhée, fièvre, etc.), restez à la maison.

  • Astuce n°4: prendre des compléments alimentaires

    Un supplément vitaminique comblera les besoins du corps en nutriments essentiels. Les vitamines A, B6, C et E stimulent le plus les défenses immunitaires. Misez aussi sur les oligoéléments comme le zinc ou le sélénium, ils favorisent la multiplication des globules blancs.

  • Astuce n°5: combattre les infections avec l'ail et l'isolat de lactosérum

    L'ail est un condiment connu pour lutter contre les infections. On recommande d'en prendre 800 à 1600 mg par jour. L'isolat de lactosérum est un liquide qui se produit pendant la fabrication du fromage. On le trouve en poudre dans les magasins d'alimentation naturel. Il combat efficacement les infections.

  • Astuce n°6: gérer son stress

    Le stress nuit directement à la formation et à l'action des globules blancs. Il augmente aussi le niveau d'hormones du stress et affaiblit le système de défense immunitaire. Prenez le temps de vous calmer et de bien respirer.

  • Astuce n°7: dormir à juste mesure

    Une bonne nuit de sommeil est idéale pour renforcer son système immunitaire et se prémunir contre les virus. La fabrication des globules blancs a surtout lieu pendant les moments de sommeil.

  • Astuce n°8: rire

    <a href="http://newsdesk.org/2010/05/laugh-your-way-to-better-health/">Plusieurs travaux</a> (du <a href="http://www.llu.edu/pages/faculty/directory/faculty.html?id=lberk">Dr Lee S.Berk</a>) ont montré que le rire participait à une bonne immunité en fabriquant certains de nos globules blancs. Au contraire, les émotions négatives (anxiété, dépression et colère) réduisent nos capacités à lutter contre les infections.



Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.