NOUVELLES

Soudan du Sud: rencontre des belligérants avant l'ouverture de négociations directes

05/01/2014 12:12 EST | Actualisé 07/03/2014 05:12 EST

Des représentants du gouvernement et des rebelles au Soudan du Sud se sont rencontrés dimanche soir à Addis Abeba, avant l'ouverture attendue des négociations directes sur un cessez-le-feu, selon des sources officielles.

Le début des négociations directes entre les deux camps qui s'affrontent depuis trois semaines, était prévu ce dimanche à 11H00 GMT. Mais selon certains diplomates, le processus s'est enlisé sur des "questions de protocole".

Selon un porte-parole, le chef de la délégation rebelle, Taban Deng, a rencontré le chef de la délégation du gouvernement sud-soudanais dans la capitale éthiopienne, Addis Abeba.

Un porte-parole du gouvernement sud-soudanais a déclaré qu'un ordre du jour des négociations avait été approuvé par les deux parties, mais qu'il était encore difficile de déterminer quand les négociations officielles commenceraient.

"Les dirigeants des deux délégations se sont rencontrés aujourd'hui. Nous attendons maintenant une réunion d'information, il ne se passe rien pour l'instant", a déclaré le porte-parole de la délégation rebelle, Yohanis Musa Pouk.

Le ministre de l'Information sud-soudanais, Michael Makuei a déclaré que les deux parties attendaient maintenant que l'IGAD - le bloc régional des pays d'Afrique de l'Est médiateur des pourparlers - présente le programme des négociations.

"Nous avons approuvé l'ordre du jour et nous attendons que l'IGAD nous donne le programme officiel" a-t-il dit.

Ces négociations visent à mettre fin à trois semaines de combats acharnés dans la plus jeune nation du monde, qui ont déjà fait plusieurs milliers de morts et près de 200.000 déplacées.

Une des pierres d'achoppement de ces négocaitions est la demande de la part des rebelles et d'une partie de la communauté internationale de libérer 11 rebelles présumés, accusés d'avoir participé au coup d'Etat du 15 décembre et placés en détention par le gouvernement de Salva Kiir.

Le gouvernement sud-soudanais a répété dimanche que les présumés rebelles ne seraient pas libérés et devront être jugés.

Dimanche, les combats se sont intensifiés dans le pays, touchant plusieurs régions.

str-sas/cc/cld/sba

PLUS:hp