NOUVELLES

Le président soudanais Omar el-Béchir lundi à Juba (radio officielle)

05/01/2014 12:54 EST | Actualisé 07/03/2014 05:12 EST

Le président soudanais Omar el-Béchir se rendra lundi à Juba pour discuter avec son homologue sud-soudanais Salva Kiir du conflit armé au Soudan du sud entre gouvernement et rebelles, a annoncé la radio officielle dimanche.

La radio Oum-Durman n'a donné aucune autre précision. Cette annonce survient alors que des représentants du gouvernement et des rebelles au Soudan du Sud se sont rencontrés dimanche soir à Addis Abeba, avant l'ouverture attendue des négociations directes sur un cessez-le-feu.

"Le président Béchir se rendra demain (lundi) à Juba pour rencontrer Salva Kiir et examiner la crise dans le Sud", a annoncé la radio dans un message laconique envoyé par sms aux médias.

Quelques heures avant cette annonce, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Khartoum avait réaffirmé dans un communiqué que son pays était soucieux de voir "se poursuivre le processus politique visant à trouver une issue pacifique au conflit au Soudan du Sud".

Il a aussi souligné "la disposition du Soudan à offrir tout ce qui est en son pouvoir pour faire réussir l'initiative de l'IGAD", le bloc régional des pays d'Afrique de l'Est médiateur des pourparlers entre rebelles et gouvernement.

Ces négociations visent à mettre fin à trois semaines de combats acharnés dans la plus jeune nation du monde, le Soudan du Sud, devenu indépendant en 2011, qui ont déjà fait plusieurs milliers de morts et près de 200.000 déplacés.

Dimanche, les combats se sont intensifiés dans le pays, touchant plusieurs régions.

Une des pierres d'achoppement est la demande de la part des rebelles et d'une partie de la communauté internationale de libérer 11 rebelles présumés, accusés d'avoir participé au coup d'Etat du 15 décembre et placés en détention par le gouvernement.

Le gouvernement sud-soudanais a répété dimanche que les présumés rebelles ne seraient pas libérés et devraient être jugés.

En décembre, M. Béchir avait exprimé sa "vive préoccupation" face à la situation au Soudan du Sud. Son ministre de l'Information, Ahmed Bilal Osmane, avait affirmé que son pays redoutait que les champs pétroliers du Soudan du Sud soient touchés par les combats, et craignait un afflux des réfugiés à sa frontière sud.

Le même mois, des centaines de Sud-soudanais avaient fui les combats pour trouver refuge au Soudan, selon l'ONU, alors que le Soudan avait commencé à évacuer ses ressortissants se trouvant au Soudan du Sud, dans l'Etat d'Unité, une région frontalière.

Le Soudan du Sud a fait sécession du Soudan en 2011 après un référendum organisé dans le cadre d'un traité de paix ayant mis fin à plus de deux décennies de guerre civile dévastatrice.

str/tp/cbo

PLUS:hp