NOUVELLES

Espagne: arrestation d'un suspect lié aux jihadistes combattant en Syrie

05/01/2014 10:57 EST | Actualisé 07/03/2014 05:12 EST

La police espagnole a arrêté dimanche un suspect de nationalité espagnole soupçonné d'appartenir à une organisation jihadiste affiliée à Al-Qaïda combattant en Syrie, a annoncé le ministère de l'Intérieur.

Le suspect, Abdelwahid Sadik Mohamed "est accusé d'avoir pris part à la 'guerre sainte' en Syrie", selon un communiqué du ministère.

Il est soupçonné "d'appartenir à l'organisation terroriste de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL)", un groupe jihadiste ayant des liens avec le réseau irakien d'Al-Qaïda, a ajouté le communiqué.

Le suspect, considéré comme présentant "un risque pour la sécurité nationale" en raison de ses liens avec cette organisation, a été arrêté à l'aéroport de Malaga (sud), où il était arrivé sur un vol en provenance d'Istanbul.

Il est originaire de l'enclave espagnole de Ceuta, frontalière du Maroc, selon une autre source gouvernementale.

Selon le ministère de l'Intérieur, le suspect s'est rendu en mai du Maroc en Syrie en passant par la Turquie et a séjourné dans des camps d'entrainement de l'EIIL situés en territoire syrien. Il appartient à un groupe hispano-marocain soupçonné d'avoir envoyé des dizaines de combattants en Syrie à partir de l'enclave de Ceuta.

En 2013, la police espagnole avait annoncé avoir arrêté plusieurs membres de ce groupe, soupçonné d'envoyer des militants en Syrie pour y commettre des attentats suicide à la bombe.

Des combats font rage depuis vendredi dans le nord de la Syrie entre rebelles et jihadistes, initialement alliés contre le régime du président syrien Bachar al-Assad.

Les jihadistes de l'EIIL sont accusés par l'opposition syrienne d'avoir commis des exactions contre des militants, civils et membres de la rébellion. Les rebelles syriens ont décidé de combattre leurs anciens alliés affiliés à Al-Qaïda en raison de leurs multiples exactions, meurtres et enlèvements, selon une ONG.

Selon plusieurs pays de l'Union européenne, des centaines de jeunes Européens combattraient en Syrie dans les rangs de la rebellion.

rlp/mr

PLUS:hp