NOUVELLES

Antisémitisme: la pression monte en France contre le spectacle d'un humoriste controversé

05/01/2014 10:20 EST | Actualisé 07/03/2014 05:12 EST

La pression monte de toutes parts en France contre l'humoriste controversé Dieudonné pour obtenir l'interdiction de son spectacle accusé d'attiser la haine, alors qu'il entame une tournée dans le pays.

Le maire de Paris, Bertrand Delanoë (socialiste) a appelé dimanche à interdire son spectacle ("Le Mur") et à ne pas "céder devant des criminels".

"Est-ce que nos aînés se sont battus pour des valeurs de civilisation pour que nous ayons la lâcheté de céder devant des criminels ?", a-t-il demandé lors d'une émission radio-télévisée, ajoutant: Dieudonné "fait l'apologie de crimes contre l'Humanité".

L'humoriste s'attire par de violentes saillies antisémites et racistes, plusieurs fois sanctionnées par la justice, un public friand de transgressions.

Or, pour le maire de Paris, la liberté d'expression "s'arrête là où il y a atteinte à la dignité humaine".

Faisant le même constat, l'organisation SOS Racisme a annoncé le même jour qu'elle poursuivra désormais les "quenelles" quand elles seront effectuées dans des lieux où elles "ne laissent pas de doute" sur leur caractère antisémite.

Largement diffusée sur internet et défendue par les supporteurs du polémiste comme un bras d'honneur anti-système, la "quenelle" est aussi interprétée comme un geste antisémite, un salut nazi inversé, d'autant que certains l'effectuent devant des lieux symboliques pour la communauté juive.

"Nous poursuivrons la diffusion des images de +quenelle+ et leurs auteurs dès lors que le contexte ne laisse pas de doute sur le message et l'injure à l'encontre de la communauté juive", a dit à l'AFP Me Patrick Klugman.

La pression monte aussi pour tous ceux qui, de près ou de loin, rendent possible le phénomène Dieudonné.

SOS Racisme va "étudier toutes les possibilités juridiques d'engager la responsabilité de ceux qui permettent à l'entreprise commerciale de Dieudonné de prospérer", "les distributeurs de billets" dont la Fnac, a indiqué Me Klugman.

La Fnac assure qu'elle arrêtera la vente en cas d'interdiction des spectacles.

La Ligue contre le racisme et l'antisémitisme (Licra) a annoncé de son côté dimanche qu'elle va porter plainte à Bordeaux (sud-ouest) pour des "quenelles", réalisées ces derniers mois devant la synagogue de cette ville et dont elle a eu récemment connaissance.

La Licra a précisé qu'elle allait déposer plainte contre X lundi auprès du Procureur de la République pour injure à caractère raciste, visant les auteurs de ces quenelles, dont des photographies ont circulé sur les réseaux sociaux. La Licra dit avoir trouvé trace d'une demi-douzaine de photos.

C'est sur le terrain, alors que Dieudonné entame une tournée en France, que la pression risque d'être la plus forte.

La famille Klarsfeld, au nom des Fils et filles des déportés juifs de France, a appelé à manifester mercredi à Nantes (ouest) pour demander l'interdiction du spectacle que l'humoriste doit y donner le lendemain.

Le couple de "chasseurs de nazis" Serge et Beate Klarsfeld, et leur fils Arno seront présents mercredi à 18H00 (17H00 GMT) devant le Zénith de Nantes.

Après un commentaire de l'humoriste visant un journaliste juif de la radio France Inter, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a dit chercher à interdire les représentations de Dieudonné, qualifié de "petit entrepreneur de la haine", à l'aune du risque de "trouble à l'ordre public".

Dieudonné lançait lors d'un spectacle : "Quand je l'entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz... Dommage".

La démarche de M. Valls a été accueillie par des réserves, au nom de la liberté d'expression et du risque de victimisation de l'intéressé, mais elle a aussi été saluée par des intellectuels comme Bernard-Henri Levy.

"Les spectacles de Dieudonné ne sont pas des spectacles, mais des meetings" où "on prêche... le négationnisme, la haine des juifs, l'apologie des crimes contre l'humanité - toutes choses que la loi républicaine condamne", a-t-il estimé dans un entretien au Parisien Dimanche.

Né en 1966 en banlieue parisienne, Dieudonné devient célèbre dans les années 1990 pour ses sketches en duo avec l'humoriste juif Elie Semoun.

Il se présente en 1997 aux élections législatives comme candidat contre l'extrême droite. Candidat en 2004 aux élections européennes sur une liste "Euro-Palestine", il est en 2009 le chef de file d'une "liste antisioniste".

Dieudonné se rapproche du fondateur du Front national (FN, extrême droite), Jean-Marie Le Pen, en 2006. Ce dernier devient même en 2008 le parrain d'un de ses enfants.

Il a multiplié depuis les sketches provocateurs, ce qui lui a valu d'être banni de la plupart des médias et condamné huit fois par les tribunaux.

bur-ial/ml

PLUS:hp