POLITIQUE

Quel futur pour le Bloc québécois?

04/01/2014 02:03 EST | Actualisé 05/03/2014 05:12 EST
PC

À une semaine de la réunion du Bureau national du Bloc québécois, où l'on fixera notamment les règles de la course à l'élection d'un nouveau chef, des voix s'élèvent pour demander la dissolution du parti basé à Ottawa.

Il est vrai que le parti a déjà connu de meilleures périodes. Après la récente démission de son chef Daniel Paillé, la majorité des sondages du mois de décembre place les bloquistes au troisième rang dans les intentions de vote au Québec, après les libéraux et les néo-démocrates.

Pour Yves Michaud, un souverainiste de longue date qui était aux côtés de René Lévesque lorsque Charles de Gaulle a lancé son célèbre « Vive le Québec libre », le Bloc doit simplement cesser ses activités.

« On perd notre temps à Ottawa et je pense qu'il vaudrait mieux que ceux qui croient à la souveraineté du Québec viennent se battre au Québec pour ça », a poursuivi M. Michaud.

Cette opinion n'est toutefois pas partagée par tout le monde, dont l'ancien député bloquiste Pierre Paquette, qui a vivement réagi aux propos d'Yves Michaud.

« On aura toujours besoin d'un parti qui va représenter les souverainistes, et largement l'intérêt des Québécois à Ottawa. Pour moi, cette pertinence-là n'est pas à remettre en question », a souligné M. Paquette.

Quoi qu'il en soit, les partisans du Bloc québécois devront peut-être attendre longtemps avant d'avoir un nouveau chef.

Le parti se demande même s'il pourra trouver un successeur convenable à Daniel Paillé, puisque peu de candidats se sont manifestés, et plusieurs personnalités pressenties, dont Gilles Duceppe et Bernard Landry, se sont plutôt désistées.

Il reste toutefois les noms d'André Bellavance, député de Richmond-Arthabaska et leader parlementaire du Bloc québécois, et de Jean-Francois Fortin, député de la Haute-Gaspésie, qui ont affirmé tous les deux ne pas écarter cette possibilité et vouloir prendre le temps des Fêtes pour réfléchir.

Report de la course à la direction?

Les deux députés pourraient toutefois avoir un peu plus de temps devant eux, car selon une information obtenue par le journal Le Devoir, la course à la direction du parti pourrait être reportée au printemps 2015. Un chef par intérim serait alors nommé d'ici là.

Le parti invoquerait le besoin qu'ont les forces souverainistes de s'unir en vue d'une possible élection provinciale québécoise au printemps, afin de faire réélire le gouvernement de Pauline Marois.

Ce report permettrait également, selon un stratège bloquiste interrogé par le quotidien montréalais, d'avoir un chef fraîchement élu pour les élections fédérales, prévues au plus tard le 19 octobre 2015.

Reporter la course à la direction après les élections provinciales québécoises pourrait également permettre de voir d'importants candidats péquistes se lancer dans l'aventure, advenant une défaite dans leur circonscription.

Dans un communiqué publié samedi après-midi, le Bloc refuse de commenter cette possibilité, soutenant que « tout commentaire sur la suite des choses n'est que pures spéculations ».