NOUVELLES

Ambassadeur palestinien mort à Prague: sa fille conteste la thèse d'un accident (presse)

04/01/2014 07:18 EST | Actualisé 06/03/2014 05:12 EST

Rana al-Jamal, la fille de l'ambassadeur de l'Autorité palestinienne en République tchèque mort mercredi des suites d'une mystérieuse explosion dans sa résidence, a contesté la thèse d'un accident citée par la police, dans une interview publiée samedi par le quotidien Dnes.

"Ce qui est sûr, c'est qu'il ne s'agissait pas d'un accident", a affirmé au quotidien tchèque Mme Rana al-Jamal qui vit à Ramallah (Territoires palestiniens).

Selon la police tchèque, M. Jamal al-Jamal, âgé de 56 ans, est mort des suites d'une explosion provoquée par un système de protection placé sur un coffre-fort dans son appartement à la résidence qui jouxte l'ambassade, nouvellement construites dans le quartier pragois de Suchdol.

La police a exclu "un acte d'un tiers avec l'intention de tuer une personne". Elle a néanmoins annoncé avoir découvert dans la résidence de l'ambassadeur des armes qui n'avaient pas été enregistrées en République tchèque.

La fille du diplomate, elle, est persuadée que l'explosif a été placé sur le coffre-fort lors du récent déménagement de la mission diplomatique depuis son ancien siège situé dans un autre quartier pragois, Troja.

"Il y avait beaucoup de monde, une confusion", a-t-elle dit à Dnes, se référant à sa mère et son frère cadet qui se trouvaient dans une pièce voisine de la résidence au moment de l'explosion.

Mme Rana al-Jamal a déclaré qu'un "motif politique ou autre" pourrait être derrière la mort de son père, sans vouloir entrer dans les détails.

"Je ne sais pas et je ne vais mentionner personne", a-t-elle répondu à la question du journal concernant l'auteur d'un éventuel acte criminel ayant coûté la vie à l'ambassadeur.

"J'espère que tout va s'éclaircir le plus rapidement possible et que nous connaîtrons la vérité", a-t-elle conclu.

La police tchèque poursuit son enquête en collaboration avec des experts palestiniens venus à Prague.

M. al-Jamal n'avait pris ses fonctions d'ambassadeur qu'en octobre. Il a succombé à ses blessures mercredi, peu après son transfert à l'hôpital militaire de Prague-Stresovice.

jma/mrm/pt

PLUS:hp