NOUVELLES

RDC: le corps du colonel Mamadou Ndala rapatrié à Kinshasa (Monusco)

03/01/2014 04:14 EST | Actualisé 05/03/2014 05:12 EST

Le corps du colonel Mamadou Ndala, assassiné dans l'est de la République démocratique du Congo par des rebelles ougandais présumés, a été rapatrié vendredi soir à Kinshasa, a-t-on appris auprès d'une source de la Mission de l'ONU.

"Le corps de Mamadou a été rapatrié à Kinshasa vers 20h30 (19h30 GMT)", a déclaré à l'AFP vendredi soir une source de la Mission de l'ONU pour la stabilisation de la RDC (Monusco).

Cette information a été confirmée à l'AFP par une source aéroportuaire qui ajoute que le corps du colonel Ndala est arrivé "par jet" à l'aéroport militaire de Ndjili".

Une roquette a visé jeudi le véhicule du colonel Ndala à Matembo, une localité du territoire de Beni, situé dans le nord de la province riche et instable du Nord-Kivu (est), où sévissent plusieurs dizaines de groupes armés locaux et étrangers.

Le gouvernement a accusé les rebelles ougandais de l'Alliance des forces démocratiques et de l'Armée nationale pour la libération de l'Ouganda (ADF-Nalu).

Un garde du corps du colonel Ndala, le caporal Paul Safari, a mis en doute cette affirmation, déclarant avoir "vu deux des assaillants" . "Ils portaient l'ancienne tenue verte des FARDC (forces armées de la RDC). Je ne crois pas que ce soit les ADF-Nalu", a-t-il dit.

Vendredi matin dans la ville de Beni, à une dizaine de kilomètres du lieu de l'attaque, plusieurs centaines de jeunes et une vingtaine de femmes de militaires ont manifesté pour dénoncer la mort du colonel Ndala.

Mamadou Moustapha Ndala est né le 8 décembre 1978 à Ibambi, en territoire de Wamba, dans la province Orientale (nord-est), voisine du Nord-Kivu.

Musulman, marié et père de trois enfants, il est entré dans les Forces armées de la RDC (FARDC) le 6 juin 1997. Quatre ans plus tard, le 7 janvier 2011, il devenait colonel.

Il a à son actif de nombreuses victoires contre la rébellion Mouvement du 23 mars (M23), que le Rwanda et l'Ouganda voisins sont accusés de soutenir, et qui a capitulé le 5 novembre après une offensive de l'armée et de la brigade d'intervention de l'ONU.

hab-str/aub/sba

PLUS:hp