NOUVELLES

Liban: un Saoudien soupçonné d'être lié à Al-Qaïda détenu dans un hôpital militaire

03/01/2014 01:09 EST | Actualisé 05/03/2014 05:12 EST

Maged al-Maged, un Saoudien suspecté d'être lié à Al-Qaïda, est détenu dans un hôpital militaire au Liban, son état de santé étant mauvais, selon des sources médicales et militaires.

L'interrogatoire de Maged al-Maged, dont l'identité a été confirmée par des tests ADN selon un communiqué de l'armée vendredi, "a été différé car il est en mauvaise santé", a indiqué un responsable.

Le ministre libanais de la Défense avait annoncé l'arrestation de M. Maged le 1er janvier.

Le 26 décembre, "l'hôpital où M. Maged était soigné a contacté la Croix-Rouge pour organiser son transfert vers un autre hôpital", a précisé à l'AFP le médecin qui soignait le Saoudien, sans connaître son identité, avant son arrestation. Mais avant qu'il arrive dans le second hôpital, "les renseignements libanais ont intercepté l'ambulance et arrêté M. Maged", a-t-il ajouté.

M. Maged est soupçonné d'être le chef des Brigades Abdallah Azzam, groupe jihadiste lié à Al-Qaïda qui avait notamment revendiqué un attentat devant l'ambassade d'Iran à Beyrouth en novembre, qui avait fait 25 morts.

Selon des sites islamistes, Maged al-Maged a été révélé en 2012 comme l'"émir", soit le chef des Brigades Abdallah Azzam.

Ce groupe jihadiste, créé en 2009, figure sur la liste américaine des "organisations terroristes" et avait revendiqué dans le passé des tirs de roquettes sur le nord d'Israël à partir du Liban. D'après le département d'Etat, ce groupe opère à la fois au Liban et dans la Péninsule arabique.

En 2009, la justice libanaise avait condamné par contumace Maged al-Maged, un Saoudien né en 1973, à la prison à vie pour appartenance à Fatah al-Islam.

rd/ser/sah/cbo/feb

PLUS:hp