NOUVELLES

Inde: le Premier ministre annonce sa retraite et appelle Rahul Gandhi à lui succéder

03/01/2014 02:56 EST | Actualisé 04/03/2014 05:12 EST

Le Premier ministre indien Manmohan Singh a annoncé vendredi sa retraite politique après les élections prévues cette année et appelé l'héritier de la dynastie Gandhi, Rahul, à lui succéder en cas de victoire improbable du parti du Congrès.

"Dans quelques mois, après les élections législatives, je remettrai le pouvoir à un nouveau Premier ministre", a-t-il dit lors de sa première conférence de presse en trois ans.

Singh, 81 ans, a déjà laissé entendre qu'il voulait laisser la place à Rahul Gandhi, un héritier de la dynastie qui a dominé la vie politique indienne depuis l'indépendance.

"Rahul Gandhi serait un excellent candidat. J'espère que notre parti le désignera en temps voulu", a dit Manmohan Singh.

Le Congrès, dirigé par la mère de Rahul, Sonia Gandhi, pourrait officiellement désigner son candidat au poste de chef du gouvernement dès la prochaine réunion de son comité directeur, le 17 janvier.

Selon les sondages, le Congrès a toutefois très peu de chances de remporter les élections prévues d'ici au mois de mai face au parti d'opposition Bharatiya Janata Party, formation hindoue nationaliste dirigée par Narendra Modi.

Manmohan Singh en a profité pour livrer une charge sans précédent contre Modi, chef du gouvernement local de l'Etat du Gujarat (ouest).

L'homme a été mis en cause pour son rôle controversé dans les émeutes religieuses de 2002, lors desquelles 2.000 personnes, essentiellement des musulmans, avaient trouvé la mort dans le Gujarat peu après son arrivée au pouvoir.

M. Modi a récemment bénéficié d'un non-lieu dans ce dossier mais une femme à qui il avait confié un portefeuille ministériel a été condamnée à 28 ans de prison.

"Il serait catastrophique pour le pays d'avoir Narendra Modi comme Premier ministre", a dit Manmohan Singh. M. Modi n'a pas fait la preuvre de ses qualités de leader en "présidant au massacre d'innocents", a-t-il ironisé.

Narendra Modi, 64 ans, a axé sa campagne sur sa volonté de mettre en place un gouvernement propre et efficace, misant sur l'usure du parti du Congrès, au pouvoir depuis 2004.

Manmohan Singh a vu son étoile pâlir depuis les années 1990 lorsqu'il passait pour un ministre des Finances réformateur: l'économie tourne au ralenti, les réformes patinent et le parti du Congrès est éclaboussé par des scandales de corruption à répétition.

adp-pmc/pdh/ml-gab

PLUS:hp