NOUVELLES

Egypte: trois morts dans des heurts entre police et pro-Morsi (sécurité)

03/01/2014 09:35 EST | Actualisé 05/03/2014 05:12 EST

Trois personnes ont péri vendredi en Egypte dans des heurts entre les forces de sécurité et des partisans du président islamiste Mohamed Morsi destitué par l'armée, ont indiqué des responsables des services de sécurité à l'AFP.

Un homme a été tué à Alexandrie (nord) et un autre mortellement touché par une balle dans la ville d'Ismaïliya sur le canal de Suez où huit autres ont été blessés, dont un officier de police, selon des sources médicales.

Un troisième décès a eu lieu dans le Fayyoum, au sud du Caire, selon des responsables des services de sécurité, qui ont fait également état de trois blessés.

Ces affrontements ont éclaté en marge de manifestations à l'appel de la coalition islamiste qui réclame le retour au pouvoir de M. Morsi, déposé par les militaires le 3 juillet. Cette coalition, chapeautée par les Frères musulmans, la confrérie de M. Morsi récemment déclarée "organisation terroriste", mobilise quasi-quotidiennement dans le pays, en dépit de la violente répression des nouvelles autorités qui a fait plus de 1.000 morts et des milliers d'arrestations.

Des heurts ont également eu lieu au Caire, où des milliers de pro-Morsi ont défilé notamment dans les quartiers de Nasr City (est) et de Maadi (sud).

A Guizeh, dans l'ouest du Caire, des manifestants ont incendié un véhicule de la police, selon les responsables de la sécurité.

A Maadi, la police a tiré des grenades lacrymogènes sur les manifestants qui répliquaient en tirant des feux d'artifice, selon un journaliste de l'AFP qui a fait état d'affrontements entre police et manifestants sur la corniche en bord de Nil.

A Nasr City, la police a tiré de nombreuses grenades lacrymogènes face à des manifestants qui brûlaient des pneus pour couper une importante route, a rapporté une journaliste de l'AFP. Sur cet axe, légèrement en pente, les manifestants ont lancé un bus, dont le frein avait été enlevé, qui s'est écrasé en contrebas, forçant les policiers à reculer leurs blindés et à se ruer sur les bords de la route. Des coups de feu résonnaient aux alentours.

Ces manifestations et ces violences interviennent à quelques jours de la reprise prévue mercredi du procès de M. Morsi pour "incitation au meurtre" de manifestants durant sa présidence.

bur-se-sbh/feb

PLUS:hp