NOUVELLES

Ambassadeur palestinien mort à Prague: le quartier veut que la mission soit déplacée

03/01/2014 01:59 EST | Actualisé 05/03/2014 05:12 EST

Le quartier de Suchdol, où se trouve l'ambassade de l'Autorité palestinienne à Prague, a demandé que la mission soit déplacée après la mystérieuse explosion qui a causé la mort de l'ambassadeur, a annoncé vendredi son maire.

"La mairie se sent trompée par le comportement des diplomates qui détiennent à l'ambassade des armes et des explosifs, violant la loi tchèque et internationale", a déclaré à l'AFP le maire de Prague-Suchdol, Petr Hejl.

"C'est pourquoi nous demandons au ministère tchèque des Affaires étrangères que l'ambassade soit déplacée hors du quartier", a-t-il ajouté.

Selon la police tchèque, l'ambassadeur de l'Autorité palestinienne à Prague, Jamal al-Jamal, est mort mercredi des suites d'une explosion produite par un système de protection placé sur un coffre-fort dans son appartement à la résidence, qui jouxte l'ambassade.

Le chef de la diplomatie palestinienne, Riyad al-Malki, a lui aussi évoqué un système explosif anti-vol.

Mais le porte-parole de l'ambassade palestinienne à Prague, Nabil al-Fahel, a déclaré qu'à sa connaissance, le coffre-fort en question n'était pas équipé d'un tel système anti-vol.

Par ailleurs, la police a annoncé jeudi avoir découvert dans la résidence de l'ambassadeur des armes qui n'avaient pas été enregistrées en République tchèque.

"La police a exclu un acte criminel ou un acte d'un tiers avec l'intention de tuer une personne concrète", selon la porte-parole de la police tchèque, Andrea Zoulova.

"L'enquête n'est pas facile, il faut laisser un certain temps aux experts pour qu'ils puissent faire leur travail", a-t-elle ajouté à l'AFP, sans fournir de précisions sur les armes découvertes.

De son côté, M. Hejl a rappelé que la construction des immeubles abritant l'ambassade et la résidence de l'ambassadeur au coeur du quartier de Suchdol avait déjà dans le passé "suscité des craintes".

"Une école maternelle se trouve à une centaine de mètres des deux bâtiments", a-t-il souligné.

Et les quelque 7.000 habitants de ce quartier résidentiel du nord-ouest de la capitale tchèque partagent l'avis de leur maire. "Un tel bâtiment à risques ne devrait pas se trouver dans le centre d'une commune", a ainsi écrit un habitante, Vendula Pospisilova, sur la page Facebook de Suchdol.

"We like city not weapons" ("Nous aimons la ville, non les armes"), pouvait-on lire en anglais sur des papiers collés vendredi par des habitants de Suchdol sur la clôture entourant la mission palestinienne.

M. Hejl s'est entretenu vendredi au téléphone avec le vice-ministre tchèque des Affaires étrangères, Jiri Schneider. "Il a promis qu'ils allaient en discuter. Donc il y a un certain espoir", a dit le maire à l'AFP.

"Nous comprenons les craintes des habitants de Suchdol", a indiqué à l'AFP la porte-parole du ministère, Johana Grohova, ajoutant que "le ministère va se pencher sur la situation".

Le diplomate palestinien, âgé de 56 ans, qui n'avait pris ses fonctions d'ambassadeur qu'en octobre, a succombé à ses blessures à l'hôpital militaire de Prague-Stresovice.

M. Schneider a reçu vendredi à Prague l'adjoint au ministre des Affaires étrangères de l'Autorité palestinienne, Taysir Jaradat, pour discuter de l'explosion qui a coûté la vie à l'ambassadeur.

Les deux responsables ont décidé d'oeuvrer en commun pour que les relations tchéco-palestiniennes ne soient "nullement endommagées" à la suite de cette affaire, selon un communiqué succinct du ministère tchèque.

"La partie palestinienne a promis de vérifier que l'action palestinienne dans le passé ait été conforme à l'ordre juridique tchèque", a indiqué le ministère.

"Les deux parties se sont mises d'accord pour continuer leur coopération active et efficace, en exprimant leur intérêt à voir l'enquête sur cette affaire aboutir complètement et dans tous ses aspects, pour que les relations entre la République tchèque et la Palestine ne soient nullement endommagées", selon le communiqué.

jma/mrm/plh

PLUS:hp