NOUVELLES

Une marionnette publicitaire accusée d'aider des poseurs de bombe en Egypte

02/01/2014 09:34 EST | Actualisé 04/03/2014 05:12 EST

Le parquet egyptien a convoqué des responsables de Vodafone après la plainte d'un activiste controversé accusant l'entreprise d'avoir utilisé une marionnette publicitaire pour aider des poseurs de bombe, a-t-on appris jeudi auprès de Vodafone.

"Abla Fahita", une marionnette devenue célèbre en Egypte pour ses sorties sarcastiques, apparaît dans un spot publicitaire au milieu de son appartement où trône un cactus orné de boules de Noël. Or cet arbre, et d'autres éléments du décor, dissimuleraient en réalité des codes secrets permettant de planifier des attentats, affirme cet activiste controversé qui se fait appeler Ahmed "Spider".

La plainte de ce fervent partisan du président Hosni Moubarak, chassé du pouvoir début 2011 par une révolte populaire, intervient peu après plusieurs attentats dans le pays, profondément divisés entre islamistes et partisans des nouvelles autorités qui répriment dans le sang les pro-Morsi.

"Le directeur du marketing s'est présenté avec notre avocat au parquet", a indiqué à l'AFP Noha Saad, responsable de la communication de Vodafone. Le ministère public les a entendu mercredi dans le cadre de la plainte, a-t-elle poursuivi, ajoutant qu'aucune poursuite n'avait été lancée dans l'immédiat et que l'enquête du parquet était encore en phase préliminaire.

"Spider", un habitué des coups d'éclats, a assuré sur la chaîne privée Tahrir que les quatre branches du cactus était une allusion claire au signe de ralliement des pro-Morsi, une main, pouce replié et quatre doigts en l'air.

Ce signe fait référence à la place Rabaa al-Adawiya --rabaa, signifie le quatrième en arabe-- où des centaines d'islamistes ont péri dans la dispersion violente de leur sit-in par la police et l'armée mi-août.

En outre, "Spider" voit dans une boule de Noël la forme d'une "bombe", tandis que "la dinde fourrée" dont Abla Fahita parle serait en fait le nom de code pour désigner une voiture piégée.

Mercredi, sur la chaîne privée CBC, le jeune homme a accusé "les services secrets britanniques" d'être derrière cette affaire, avant de lancer à la marionnette: "Je vais te faire emprisonner", menaçant s'il n'y parvenait pas de "quitter le pays".

Sur les réseaux sociaux, les commentaires ironiques se multipliaient. The Big Pharaoh, célèbre blogueur, a tweeté "le ministère de l'Intérieur annonce avoir des enregistrements d'appels téléphoniques entre Abla Fahita et Kermit la grenouille. Complot américain!".

De son côté, Bassem Youssef, animateur star d'une émission de satire politique récemment interrompue, assurait: "Nous revenons nous battre pour les droits d'Abla Fahita". En mai, il avait invité la célèbre marionnette dans son show, rendez-vous incontournable dans le pays durant plus d'une année.

"La publicité ne contient aucun message ou signification caché (...) toute autre interprétation relève de la fiction pure", a réagi Vodafone dans un communiqué, ajoutant se réserver le droit de saisir la justice.

tgg/jds-sbh/cbo

PLUS:hp