NOUVELLES

L'ancien chef du renseignement extérieur du Rwanda retrouvé mort en Afrique du Sud

02/01/2014 05:20 EST | Actualisé 04/03/2014 05:12 EST

L'ancien chef des services de renseignement extérieur du Rwanda Patrick Karegeya, un opposant au président rwandais Paul Kagame, a été retrouvé mort dans un hôtel de Johannesburg, a indiqué jeudi la police sud-africaine, qui a ouvert une enquête pour meurtre.

Le corps de Patrick Karegeya, 53 ans, qui vivait en exil en Afrique du Sud depuis plusieurs années, a été retrouvé mercredi à 17H30 (15H00 GMT).

"Il a été trouvé dans sa chambre d'hôtel, mort sur le lit. Les premiers éléments de l'enquête ont montré que son cou était enflé. Une serviette tachée de sang et une corde ont été trouvées dans le coffre de la chambre. Il est possible qu'il ait été étranglé", a précisé la police sud-africaine dans un communiqué.

"Une enquête pour meurtre a été ouverte", a-t-elle ajouté.

Le gouvernement sud-africain s'est refusé à tout commentaire.

"L'opposition du Rwanda est très triste d'annoncer l'assassinat du colonel Patrick Karegeya à Johannesburg", avait indiqué dans la nuit son parti, le Congrès national du Rwanda (RNC), dans un communiqué reçu à Nairobi.

"Il a été étranglé par les agents du (président rwandais Paul) Kagame", a accusé Frank Ntwali, le président du RNC, précisant que M. Karegeya devait assister à un meeting de son parti dans cet hôtel Michelangelo Towers de Sandton, quartier des affaires de Johannesburg, où il a été retrouvé mort.

Ancien chef des services de renseignement extérieur du Rwanda et longtemps proche de Paul Kagame, Patrick Karegeya est peu à peu entré en opposition au président rwandais. Il a été rétrogradé au rang de porte-parole de l'armée puis a été arrêté et emprisonné, et privé de son grade de colonel en 2006, avant de fuir le Rwanda pour l'Afrique du Sud l'année suivante.

Un autre dissident rwandais appartenant au RNC et en exil en Afrique du Sud, Faustin Kayumba Nyamwasa, a subi deux tentatives d'assassinat en juin 2010.

Selon le RNC, les enquêteurs ont trouvé "des preuves accablantes de l'implication d'agents de renseignement rwandais dans ces tentatives" de meurtre. Le Rwanda a vigoureusement nié toute implication dans ces affaires.

hv-liu/sd

PLUS:hp