NOUVELLES

Canal de Panama: le consortium menace de suspendre les travaux d'élargissement

02/01/2014 02:27 EST | Actualisé 03/03/2014 05:12 EST

Le consortium international chargé des gigantesques travaux d'agrandissement du canal de Panama menaçait jeudi d'interrompre les travaux dans trois semaines si l'autorité de gestion du canal ne répondait pas à ses demandes d'un paiement supplémentaire de 1,6 milliard de dollars.

Le constructeur espagnol Sacyr, qui dirige le consortium GUPC chargé des travaux d'élargissement, a indiqué dans un communiqué envoyé à l'autorité boursière espagnole (CNMV) qu'il "procédera à la suspension des travaux si les manquements dénoncés ne sont pas réglés dans le délai de préavis".

Ce délai est de 21 jours, selon un communiqué de GUPC daté du 30 décembre, publié par les médias panaméens.

De son côté, l'administrateur du canal, Jorge Quijano, avait rejeté dès mercredi dans un communiqué cette demande, "destinée uniquement à nous forcer à négocier hors des termes du contrat".

En plus de Sacyr, le consortium GUPC regroupe la firme italienne Impregilo, la belge Jan de Nul et la panaméenne Constructora Urbana.

"GUPC a présenté auprès des diverses autorités compétentes des réclamations à propos des surcoûts du projet, dérivés de circonstances imprévisibles", écrivait jeudi Sacyr.

Dans son communiqué, le groupe espagnol dénonce des "manquements graves" au contrat de la part de l'Autorité du canal de Panama (ACP), affirmant que "GUPC a mené des efforts continus pour que ces réclamations, dont le montant global s'élève à cette date à environ 1,625 milliard de dollars (environ 1,183 milliard d'euros), soient entendues par l'ACP à mesure qu'elles sont apparues".

"GUPC reste toutefois ouvert au dialogue avec l'Autorité du canal de Panama afin de parvenir à un accord satisfaisant qui mette fin au déséquilibre contractuel actuel", affirme Sacyr.

Après avoir plongé de plus de 18% à l'ouverture de la Bourse de Madrid, le titre de Sacyr souffrait lourdement jeudi, perdant 8,97%, à 3,429 euros dans un marché en baisse de 0,38% à 09H03 GMT.

L'élargissement du canal vise à permettre le passage de navires transportant jusqu'à 12.000 conteneurs, le triple de la charge actuelle.

Les travaux, d'un coût total de 5,2 milliards de dollars, dont 3,2 milliards pour GUPC, ont commencé en 2009 et devaient se terminer en octobre 2014, mais sont en retard de neuf mois.

GUPC réclame depuis un an le paiement supplémentaire de 1,6 milliard de dollars qu'il attribue à des retards dans les travaux.

Un retard de quatre mois était survenu dès le début du contrat, l'autorité du canal jugeant que le ciment que GUPC prévoyait d'utiliser était de mauvaise qualité, et ne permettrait pas que l'ouvrage puisse durer 100 ans ou plus, comme le canal actuel.

elc/sg/ia

PLUS:hp