NOUVELLES

Un chef djihadiste arrêté au Liban

01/01/2014 01:47 EST | Actualisé 02/03/2014 05:12 EST

L'armée libanaise a arrêté le chef d'un groupe djihadiste lié à Al Qaïda qui a notamment revendiqué l'attentat contre l'ambassade iranienne à Beyrouth en novembre dernier.

Le chef des Brigades Abdallah Azzam, Maged al-Maged, « a été arrêté par les services de renseignement de l'armée libanaise à Beyrouth », a déclaré le ministre de la Défense libanaise, Fayez Ghosn, sans préciser les circonstances ni la date de l'arrestation.

Maged al-Maged, un ressortissant saoudien qui vivait dans la ville de Saïda, aurait été arrêté en compagnie d'un autre activiste saoudien, selon un responsable libanais ayant requis l'anonymat. Il « était recherché par les autorités libanaises, et il est actuellement interrogé dans le plus grand secret », a précisé le ministre Ghosn.

Créé en 2009, le groupe djihadiste figure sur la liste américaine des « organisations terroristes » et il a également revendiqué des tirs de roquettes sur Israël à partir du Liban. Selon le département d'État américain, le groupe islamiste opérerait au Liban et dans la Péninsule arabique.

Le compte Twitter d'un responsable de l'organisation extrémiste sunnite, Sirajeddine Zreikat, semblait avoir été suspendu. Ce dernier avait revendiqué le double attentat de l'ambassade d'Iran à Beyrouth via ce compte Twitter. Il avait prévenu que les attentats se poursuivraient au Liban tant que le Hezbollah continuerait de combattre en Syrie.

L'Iran chiite soutient le Hezbollah libanais, qui combat auprès du régime du président Bachar Al Assad en Syrie, alors que la rébellion syrienne est supportée par les sunnites.

Né en 1973 en Arabie saoudite, Maged al-Maged a été condamné à la prison à vie par la justice libanaise en 2009. Il avait été condamné par contumace pour son appartenance au groupe inspiré idéologiquement par Al Qaïda, Fatah al-Islam.

PLUS:rc