NOUVELLES

Mexique: 20 ans plus tard, les zapatistes veulent plus d'autonomie

01/01/2014 07:00 EST | Actualisé 03/03/2014 05:12 EST

Les zapatistes fêtaient mercredi le 20e anniversaire de leur soulèvement armé qui, après 12 jours de guerre avec le gouvernement mexicain, avait valu à cette région très pauvre une certaine autonomie, qu'ils jugent encore insuffisante.

"Il y a 20 ans, nous avons jeté à la poubelle tous les partis politiques", et aujourd'hui "c'est le peuple qui décide qui doit gouverner", a lancé la commandante zapatiste Hortensia à l'occasion de cet anniversaire.

Elle a souligné qu'avant le soulèvement de l'Armée zapatiste de libération nationale, les villages très pauvres du Chiapas ne bénéficiaient ni de services de santé, ni d'éducation - des innovations apportées par le gouvernement semi-autonome qui a été mis en place depuis.

Mais tout cela est encore insuffisant, et les zapatistes réclament plus d'autonomie, et entendent résister au harcèlement du gouvernement central et de l'armée, a-t-elle déclaré.

Au cours des célébrations, marquées par de la musique et des bals, le commandant Marcos, qui avait dirigé le soulèvement il y a 20 ans, est resté discret, comme c'est le cas depuis déjà plusieurs années.

Il avait toutefois publié la semaine dernière un communiqué soulignant qu'il faisait froid "comme il y a 20 ans, et, comme alors, nous sommes rassemblés sous un même drapeau, celui de la rebellion".

La guérilla zapatiste avait pris par surprise le gouvernement mexicain d'alors en déclarant la guerre le 1er janvier 1994, le jour même où entrait en vigueur le traité de libre-échange avec les Etats-Unis et le Canada.

Les combats durèrent 12 jours et firent des dizaines de morts, la plupart chez les zapatistes. Après un cessez-le-feu et un long dialogue entre les autorités et les rebelles qui réclamaient pour leur région déshéritée le droit à la terre, le logement, l'éducation, la santé et l'emploi, un accord avait finalement été signé en 1996, accordant une certaine autonomie.

Une réforme prévoyant une plus grande autonomie est prévue pour cette année, a déclaré mardi à l'AFP Jaime Martinez Veloz, commissaire pour le dialogue avec les peuples indigènes du Mexique.

str-lp/emm/ia/jh

PLUS:hp