NOUVELLES

L'armée sud-soudanaise perd le contrôle d'une ville stratégique

01/01/2014 03:37 EST | Actualisé 02/03/2014 05:12 EST

Des rebelles sud-soudanais, fidèles à l'ancien vice-président Riek Machar, ont pris le contrôle de la ville de Bor, capitale de l'État du Jonglei dans l'est du Soudan du Sud, indique le maire de l'agglomération, mercredi.

Nhial Majak Nhial a expliqué à Reuters que les forces gouvernementales soutenant le président Salva Kiir ont opéré mardi « un repli stratégique » dans la caserne de Malual Chaat, située à trois kilomètres au sud de la ville.

Ce repli a été décidé après des combats au cours de la journée de mardi et a permis aux rebelles de prendre position dans la ville.

Bor est située à environ 190 km au nord de Juba, la capitale du Soudan du Sud.

Le ministre sud-soudanais de l'Information, Michael Makuei, avait expliqué lundi que Riek Machar entendait prendre le contrôle de Bor afin de se trouver en position de force lors des négociations qui doivent débuter mercredi en Éthiopie.

Pays occidentaux et puissances régionales tentent de faire pression pour que les deux camps mettent fin à des affrontements qui ont fait plus d'un millier de morts, interrompu la production pétrolière et ranimé la perspective d'un conflit ethnique dans cette région instable.

Des responsables ont précisé que les troupes gouvernementales s'étaient heurtées aux miliciens Nuer de « l'Armée blanche » ainsi qu'à des hommes fidèles à Peter Gadet, ancien commandant de l'armée, qui s'est révolté contre le président Salva Kiir lorsque les violences ont éclaté à Juba le 15 décembre avant de gagner plusieurs régions du pays.

Selon des ONG, plusieurs milliers d'habitants de Bor ont franchi le Nil blanc pour échapper aux combats.

PLUS:rc