NOUVELLES

Le Hamas palestinien fustige le classement par l'Egypte des Frères musulmans comme "terroristes"

31/12/2013 04:11 EST | Actualisé 02/03/2014 05:12 EST

Le Premier ministre du gouvernement du Hamas Ismaïl Haniyeh a fustigé mardi le classement récent par les autorités égyptiennes des Frères musulmans comme "organisation terroriste", assurant que le mouvement palestinien ne renierait pas ses liens avec la conférie égyptienne dont il est issu.

"Personne ne peut pousser le Hamas à renier son idéologie ni son histoire," a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, soulignant qu'il "rejette la description des Frères musulmans comme des terroristes".

"Nous ne nous attendons pas à ce qu'un pays comme l'Egypte, qui est un endroit sûr pour le peuple palestinien et la résistance, qu'il abandonne ses (principes) et classe le Hamas comme organisation terroriste", a-t-il renchéri.

Le Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza, est la branche palestinienne des Frères musulmans.

La semaine passée, les autorités égyptiennes dirigées de facto par l'armée ont classé comme "organisation terroriste" la confrérie du président Mohamed Morsi, destitué et arrêté par l'armée en juillet.

Cette décision, prise après un attentat meurtrier contre la police revendiqué par des jihadistes sans lien connu avec les Frères, intervient après plusieurs mois d'une implacable campagne de répression contre la confrérie.

Depuis la mi-août, plus d'un millier de personnes, en majorité des partisans de M. Morsi, ont été tuées et des milliers d'islamistes arrêtés, dont la quasi-totalité des dirigeants de la confrérie.

Le mouvement, le plus organisé de l'opposition pendant des décennies de dictature, avait remporté les élections législatives et présidentielle après le renversement sous la pression de la rue du président Hosni Moubarak en février 2011.

Le président Morsi, actuellement jugé pour la mort de manifestants, va également comparaître pour "espionnage" en vue de mener des "actions terroristes" impliquant le Hamas palestinien et des groupes jihadistes, selon le parquet égyptien.

az-jad-jjm/cnp/cco

PLUS:hp