NOUVELLES

24 familles italiennes venues adopter des enfants bloquées à Kinshasa

31/12/2013 04:59 EST | Actualisé 01/03/2014 05:12 EST

24 familles italiennes venues adopter des enfants en République démocratique du Congo (RDC) sont bloquées depuis deux mois à Kinshasa, théâtre d'attaques lundi, dans l'attente de la régularisation de ces adoptions, ont rapporté les médias italiens.

"On nous dit que les adoptions sont bloquées jusqu'à septembre-octobre 2014. Faites quelque chose, aidez-nous à revenir avec les enfants", ont imploré Michela Gentili et Andrea Minocchi, venus adopter un enfant de deux ans, dans une conversation téléphonique avec leurs parents à Macerata (centre).

Ces familles sont bloquées après la décision des autorités congolaises de suspendre pendant un an les adoptions internationales après avoir constaté "des irrégularités dans les procédures", selon le terme rapporté par une délégation italienne qui a rencontré le 26 décembre à Kinshasa le Premier ministre congolais Augustin Matata. Ce dernier s'est engagé à accélérer le réexamen des adoptions, en étudiant le cas des familles italiennes "en priorité", selon la même source.

Les attaques perpétrées lundi dans la capitale ont encore accru l'angoisse des familles. Peu après une prise d'otages à la télévision publique, des tirs ont résonné à l'aéroport international de Ndjili et à l'état-major général. A Lubumbashi et à Kolwezi (sud-est), des tirs ont aussi été échangés entre forces de sécurité et partisans d'un pasteur ex-candidat à la présidentielle de 2006. Selon un bilan provisoire du gouvernement, plus de 70 assaillants ont été tués, dont 52 à Kinshasa.

"Nous sommes en danger", a écrit Enrico, un de ces Italiens, dans un mail à l'agence de presse Ansa. "Je vous prie de nous aider à solliciter la Farnesina (ministère des Affaires étrangères, ndlr) pour nous faire rentrer à la maison".

Le chef du gouvernement italien Enrico Letta a exprimé sa "proximité" aux familles retenues à Kinshasa et Rome a renforcé son ambassade à Kinshasa.

"Nous avons confiance dans la promesse du Premier ministre congolais", a affirmé la ministre de l'Intégration Cécile Kyenge, elle-même originaire de RDC. Une délégation de RDCongo est attendue prochainement à Rome.

mle/ahe/fw

PLUS:hp