NOUVELLES

USA: une ONG revoit à la hausse son bilan des journalistes tués en 2013

30/12/2013 05:48 EST | Actualisé 01/03/2014 05:12 EST

Le nombre de journalistes tués dans l'exercice de leurs fonctions a atteint 70 en 2013, a annoncé lundi le Comité de protection des journalistes (CPJ), revoyant en nette hausse un précédent bilan de 52 donné il y a deux semaines.

Selon le CPJ, 28 journalistes ont été tués en Syrie et 10 en Irak, les deux pays les plus meurtriers pour les reporters en 2013.

Le nouveau bilan de l'ONG basée à New York intègre les morts dus au bombardement d'une station télévisée irakienne et d'autres morts de journalistes en Irak, en Syrie et en Inde.

Il est fondé sur ce que la CPJ présente comme un "processus de recherche rigoureux" destiné à vérifier si les journalistes ont bien été tués dans l'exercice de leur métier.

S'il n'évoluait plus, le bilan du CPJ serait en légère baisse par rapport à 2012, année au cours de laquelle 72 journalistes avaient été tués, selon l'ONG américaine. Mais cette dernière étudie encore le cas de 25 autres décès de reporters pour déterminer s'ils doivent entrer dans son bilan.

Selon le bilan annuel de Reporters sans frontières (RSF), 71 journalistes ont été tués en 2013 en exerçant leur métier, un chiffre en baisse par rapport à 2012, mais qui s'accompagne d'une augmentation "importante" des enlèvements.

Enfin, l'Institut international de la presse, qui a son siège à Vienne, a comptabilisé quant à lui "au minimum" 117 journalistes tués en 2013.

rl/mdm/are

PLUS:hp