NOUVELLES

Syrie: 15 Palestiniens morts de faim depuis septembre dans un camp assiégé (UNRWA)

30/12/2013 08:12 EST | Actualisé 01/03/2014 05:12 EST

Au moins quinze personnes sont mortes de faim depuis septembre dans le camp palestinien de Yarmouk à Damas, assiégé par l'armée syrienne depuis près d'un an, a annoncé l'UNRWA lundi, appelant toutes les parties à laisser entrer de l'aide dans le camp.

"Des rapports nous sont parvenus ce week-end indiquant qu'au moins cinq réfugiés palestiniens sont morts de malnutrition dans le camp de Yarmouk, portant à 15 le nombre de cas dont nous avons eu connaissance", a expliqué à l'AFP Chris Gunness, le porte-parole de l'agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens (UNRWA).

"Nous appelons toutes les parties à (...) faciliter l'approvisionnement urgent en aide humanitaire dans le camp de Yarmouk et dans tous les camps de réfugiés palestiniens", a-t-il dit, ajoutant que l'UNRWA n'avait pu pénétrer à Yarmouk depuis le mois de septembre.

Chris Gunness a mis en garde contre une détérioration de la situation dans ce camp où vivent encore environ 20.000 Palestiniens.

"La présence continue de groupes armés qui ont pénétré dans ce secteur à la fin de l'année 2012 et son bouclage par les forces gouvernementales ont déjoué tous nos efforts humanitaires", a-t-il poursuivi. La majeure partie de ce camp situé dans le sud de Damas est sous contrôle rebelle.

Le siège des forces du régime de Bachar al-Assad a conduit à une crise humanitaire et à l'exode de dizaines de milliers de personnes.

Le camp comptait quelque 170.000 habitants avant le début en mars 2011 d'une révolte pacifique qui a dégénéré en guerre civile, ayant causé la mort de plus de 126.000 personnes en Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Cette ONG syrienne avait indiqué vendredi que cinq personnes étaient mortes de faim à Yarmouk, dont un vieil homme, une femme et un homme handicapé.

Le commissaire général de l'UNRWA, Filippo Grandi avait déclaré le 20 décembre que si la situation n'était pas réglée très vite il serait "peut-être trop tard pour sauver les vies de milliers de personnes, dont des enfants".

Près de 500.000 Palestiniens sont officiellement réfugiés en Syrie. La moitié d'entre eux a été déplacée depuis mars 2011.

sah/bpz/faa/cbo

PLUS:hp