NOUVELLES

Plaidoyer pour des bouteilles de vin consignées

30/12/2013 09:02 EST | Actualisé 01/03/2014 05:12 EST

Fermeture de l'usine Klareco à Longueuil, incendie à l'usine Owens-Illinois dans le sud-ouest de Montréal : décidément, le recyclage du verre connaît des temps difficiles au Québec.

Pour Karel Ménard, directeur du Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets (FQCGED), l'une des solutions pourrait être d'instaurer un système de consigne pour les bouteilles de vins et de spiritueux vendues à la Société des alcools du Québec (SAQ).

En entrevue à l'émission Emballés par l'info, sur les ondes d'ICI Radio-Canada Première, M. Ménard a expliqué que l'usine Owens-Illinois, dont les activités reprennent peu à peu à la suite de l'incendie ayant ravagé une partie de ses installations, samedi dernier, a besoin de verre de première qualité pour être en mesure de le recycler.

Or, il est difficile pour un centre de tri normal d'extraire du verre sans impureté, parce qu'il est contaminé par d'autres matières. L'usine Klareco, fermée au printemps dernier, était la seule en Amérique du Nord en mesure de transformer le verre mixte issu de la collecte sélective et de trouver des acheteurs pour ce verre.

Klareco traitait environ 70 % de tout le verre recyclé au Québec.

L'usine Owens-Illinois utilise par exemple les bouteilles de bière consignées qui ont terminé leur vie utile, dont le verre est de qualité suffisante. Avec un système de consigne similaire pour les bouteilles de vin et de spiritueux, en vertu duquel celles-ci seraient retournées à la SAQ, le volume de verre recyclé pourrait être augmenté, selon le FQCGED.

En avril dernier, la SAQ indiquait cependant qu'elle considérait le débat sur la consigne clos. « Le taux de récupération des bouteilles de la Société est de 94 %, affirmait la porte-parole Isabelle Mirizzi. On est fier du geste des Québécois de déposer leurs bouteilles dans le bac. On veut trouver une seconde vie au verre. On veut l'inclure au béton. Lorsqu'on y ajoute du verre, le béton est de qualité supérieure pour traiter les infiltrations d'eau. On le teste dans nos succursales. C'est la voie d'avenir. La consigne n'apporte pas de seconde vie au verre. »

Par ailleurs, le récent incendie n'aide pas l'usine Owens-Illinois, puisque ses six lignes de production ont été endommagées. Deux d'entre elles devraient être rétablies d'ici le milieu de la semaine et au moins une autre dans la semaine du 6 janvier. L'entreprise, qui emploie 400 personnes, prévoit des dizaines de mises à pied. Déjà, elle a offert à certains de ses employés de prendre des vacances en attendant leur retour au travail en janvier.

PLUS:rc