NOUVELLES

La Syrie, pays le plus meurtrier pour les journalistes en 2013

30/12/2013 12:33 EST | Actualisé 01/03/2014 05:12 EST

Encore cette année, la Syrie en proie à une guerre civile fut le pays le plus meurtrier pour les journalistes, selon le recensement annuel du Comité pour la protection des journalistes (CPJ).

Ce conflit a coûté la vie à au moins 29 professionnels des médias, ce qui porte le nombre de journalistes morts depuis le début du conflit à 63.

Un nombre sans précédent de journalistes ont aussi été victime d'enlèvement en Syrie. Selon des recherches du CPJ, environ 60 d'entre eux ont été enlevés au cours de l'année. Fin 2013, au moins 30 étaient toujours portés disparus.

D'autres conflits au Moyen-Orient ont aussi été fatals pour de nombreux reporters, photographes et caméramans. On recense au moins 10 morts en Irak et 6 en Égypte en raison de l'intensification des violences dans ces pays.

Ailleurs dans le monde, « plusieurs journalistes ont également péri au Pakistan, en Somalie, en Inde, au Brésil, aux Philippines, au Mali et en Russie, bien que le nombre de décès au Pakistan et en Somalie ait considérablement diminué, note aussi le CPJ. Le Mexique est quant à lui absent de la liste des pays, avec aucun décès lié à l'exercice du journalisme. »

Selon l'ONG basée à New York, un total de 70 journalistes ont été tués en raison de leur travail en 2013. L'année dernière, on en recensait 74.

Le bilan de cette année pourrait toutefois s'alourdir. Le CPJ poursuit ses recherches sur la mort de 25 autres journalistes, afin d'établir si leur décès est lié à leur profession.

Selon les informations récoltées par le CPJ, 44 % des journalistes sont morts lors d'assassinats ciblés, alors que les autres sont décédés lors de combats ou d'échanges de tirs (36 %) ou durant d'autres types de missions dangereuses (20 %).

Le bilan du Comité pour la protection des journalistes est similaire à celui de Reporters sans frontières (RSF), qui considère que 75 journalistes ont été tués au cours de l'année. La Syrie fut aussi le lieu le plus dangereux pour les journalistes en 2013, selon RSF.

PLUS:rc