NOUVELLES

La police égyptienne arrête deux journalistes d'Al-Jazeera (ministre)

30/12/2013 03:18 EST | Actualisé 28/02/2014 05:12 EST

La police secrète égyptienne a arrêté deux journalistes de la chaîne Al-Jazeera, un Australien et un Egyptien, soupçonnés d'avoir diffusé illégalement des informations portant atteinte à la "sécurité nationale", a annoncé le ministère de l'Intérieur.

Des officiers de la Sécurité nationale ont effectué dimanche une perquisition dans leur bureau, installé dans un hôtel du Caire, arrêté les deux reporters et confisqué leur matériel, a expliqué le ministère dans un communiqué.

Il n'a pas donné l'identité des deux journalistes, indiquant seulement que l'un était "membre des Frères musulmans", la confrérie du président destitué Mohamed Morsi, et l'autre de nationalité australienne.

Selon leurs collègues à Al-Jazeera English il s'agit du chef du bureau du Caire, Mohamed Adel Fahmy et du reporter australien Peter Greste.

Les journalistes "ont diffusé en direct des informations portant atteinte à la sécurité nationale", a affirmé le ministère de l'Intérieur, ajoutant qu'ils avaient été trouvés en possession de "publications" des Frères musulmans.

Ces arrestations surviennent quelques jours après que les autorités ont déclaré la confrérie "organisation terroriste". Quiconque est trouvé en possession de publications ou d'enregistrements diffusés par les Frères musulmans est désormais passible de peines allant jusqu'à cinq ans de prison.

Peter Greste, un ancien journaliste de la BBC, a remporté le prix Peabody en 2011 pour un documentaire sur la Somalie. M. Fahmy, qui travaillait auparavant pour CNN, est un journaliste renommé au Caire, sans lien connu avec Frères musulmans.

Les autorités installées par l'armée, qui a destitué M. Morsi le 3 juillet, accusent Al-Jazeera, basée au Qatar, d'une grande partialité en faveur des Frères musulmans, et les filiales de la chaîne en Egypte ont été la cible de mesures de répression.

Plusieurs journalistes d'Al-Jazeera sont en détention, dont Abdallah Elshami, arrêté le 14 août alors qu'il couvrait un rassemblement pro-Morsi sur la place Rabaa al-Adhawiya au Caire. Le même jour, plus de 700 manifestants avaient été interpellés quand soldats et policiers avaient lancé l'assaut sur cette place et une autre, tuant des centaines de pro-Morsi.

Le gouvernement a déclaré les Frères musulmans "organisation terroriste" la semaine passée après un attentat suicide à la voiture piégée contre la police ayant fait 15 morts à Mansoura, dans le delta du Nil.

Les autorités ont imputé cette attaque à la confrérie, bien que l'attentat ait été revendiqué par un groupe jihadiste disant s'inspirer d'Al-Qaïda et qu'il ait été "fermement" condamné par les Frères musulmans.

se/bpz/cco/cbo

PLUS:hp