NOUVELLES

Chine: les violences au Xinjiang depuis 2009

30/12/2013 04:47 EST | Actualisé 02/03/2014 12:15 EST

Le Xinjiang, "région autonome" du nord-ouest de la Chine d'où proviennent, selon Pékin, les assaillants qui ont poignardé 29 personnes samedi soir à Kunming (sud-ouest), a été secouée ces dernières années par des affrontements sanglants entre Ouïghours turcophones et musulmans, et Chinois "Han".

Voici une chronologie des troubles dans cette région depuis 2009:

-- 2009 --

- 5 juillet: début de plusieurs journées d'émeutes interethniques à Urumqi, capitale du Xinjiang. Près de 200 morts, dont une majorité de Hans, et 1.600 blessés. Des centaines d'arrestations suivent ces incidents, les plus meurtriers depuis des décennies.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan évoque "une sorte de génocide" contre la minorité turcophone. Pékin accuse le Congrès mondial ouïghour, dirigé par la dissidente en exil Rebiya Kadeer.

- 12 septembre: lourdes peines de prison après quelque 500 attaques à la seringue --sans substance nocive-- notamment à Urumqi. Au moins 75 arrestations.

- 9 novembre: annonce de l'exécution de neuf émeutiers de juillet. Au total, 26 exécutions seront annoncées.

-- 2010 --

- 24 juin: au moins dix arrestations après le démantèlement d'un réseau "terroriste", annonce la police.

-- 2011 --

- 18 juillet: 20 personnes tuées par la police à Hotan, selon l'opposition ouïghoure en exil. Selon la presse officielle chinoise, la police a tiré sur des manifestants qui attaquaient un commissariat.

- 30/31 juillet: au moins 21 morts à Kashgar et dans sa région lors de deux attaques à l'arme blanche réprimées par la police, selon les autorités. Pékin accuse des "terroristes" entraînés au Pakistan voisin.

- 28 décembre: un policier et sept "terroristes" preneurs d'otages tués, selon les autorités.

-- 2012 --

- 28 février: 20 morts dans l'attaque d'un marché à Kargilik (préfecture de Kashgar) par des Ouïghours, selon les autorités.

- 29 juin: six Ouïghours tentent de détourner un vol intérieur qui avait décollé de Hotan (extrême est du Xinjiang). Deux des pirates de l'air sont tués. Trois autres sont condamnés à mort en décembre, le dernier à la prison à vie.

-- 2013 --

- 23 avril: 21 morts, dont six "terroristes", dans des affrontements armés à Barchuk (préfecture de Kashgar), lors d'une opération de police à la recherche d'armes blanches. Deux Ouïghours impliqués sont condamnés à mort en août.

- 26 juin: au moins 35 morts dans une attaque menée, selon la version officielle, par un commando de "terroristes" armés de couteaux contre un poste de police et des bâtiments officiels à Lukqun (250 km au sud-est d'Urumqi). Trois condamnations à mort sont prononcées en septembre.

- 20 août: mort d'un policier chinois dans une "opération antiterroriste" à Yilkiqi. Selon des médias étrangers, l'opération a causé la mort de 22 Ouïghours.

- 28 octobre: un 4x4 immatriculé au Xinjiang fonce sur la foule place Tiananmen à Pékin avant de s'embraser, tuant le conducteur ouïghour et ses deux passagers, son épouse et sa mère, selon la version officielle. Cette attaque-suicide fait également deux morts et quarante blessés dans la foule.

- 17 novembre: neuf personnes armées de haches et de couteaux sont tuées en attaquant un poste de police à Serikbuya (comté de Barchuk).

- 16 décembre: 16 personnes dont deux policiers sont tuées lors d'une opération de police. Les autorités dénoncent des "malfrats" armés de couteaux et l'opposition ouïghour en exil un "massacre" commis lors d'une réunion familiale.

- 30 décembre: huit personnes abattues par la police en attaquant un commissariat à Yarkand (sud-est de Kashgar) avec des engins explosifs, selon les autorités.

--2014--

- 15 janvier: un éminent intellectuel ouïghour, Ilham Tohti, est arrêté à Pékin. Il est inculpé le mois suivant de "séparatisme", un crime passible de la peine de mort.

- 25 janvier: six personnes sont tuées dans des explosions et six autres abattues par la police à Xinhe, dans la préfecture d'Aksu.

- 14 février: 11 personnes sont tuées dans une attaque contre la police. Huit assaillants sont abattus, trois se font exploser.

1er mars: Des assaillants armés de couteau tuent 29 personnes en gare de Kunming (Yunnan, sud-ouest). Pékin dénonce une attaque "terroriste" et désigne les séparatistes ouïghours.

bur-jug-gab/ob

PLUS:hp