NOUVELLES

Alison Redford : bilan politique à la veille d'une nouvelle année

30/12/2013 03:34 EST | Actualisé 28/02/2014 05:12 EST

Alors que 2013 laisse place à 2014, le gouvernement conservateur d'Alison Redford est à mi-mandat et a amorcé un changement de cap, selon le politologue Frédéric Boily.

« Le changement de tendance est déjà en cours avec le remaniement [ministériel de la semaine dernière] », souligne ce professeur de l'Université de l'Alberta. « Ça montre que le gouvernement a voulu recadrer le discours, c'est-à-dire mettre des ministres peu conciliants à la tête de certains ministères. »

L'année 2013 a été mouvementée pour le gouvernement Redford, qui a fait face aux manifestations des étudiants, des responsables des personnes atteintes de troubles développementaux et du syndicat des employés de la fonction publique.

La cote de popularité de la première ministre est en baisse alors que celle du Parti Wildrose est en hausse. « Il devra y avoir du côté du gouvernement et de Mme Redford une meilleure adéquation entre le message qui a été lancé lors de l'élection de 2013 et les politiques », ajoute M. Boily.

Les inondations : un moment clef

Les inondations de juin sont sans aucun doute l'événement le plus marquant de l'année pour la province, autant pour les 100 000 citoyens qui ont été touchés que pour Alison Redford qui a dû gérer la situation au quotidien.

« D'avoir la capacité de répondre aux événements qui surviennent au quotidien, c'est ce qui m'a marquée cette année », a déclaré la première ministre.

Sa gestion de la crise immédiate a été applaudie par beaucoup, mais celle de l'après-crise aura un impact à long terme qui pourrait venir hanter le gouvernement.

« L'affaire, d'une certaine façon, n'est pas encore terminée, il y a des effets potentiels à long terme qui pourraient se faire sentir jusqu'aux [prochaines] élections », ajoute Frédéric Boily.

Les prochaines élections provinciales albertaines sont prévues en 2016.

La santé en 2014

Les services de santé sont la priorité de la première ministre au cours de la prochaine année.

Ceux-ci ont connu de grands changements de personnel au cours de la dernière année et la première ministre a défendu sa décision de ne pas muter le ministre de la Santé Fred Horne lors du dernier remaniement ministériel. Elle a souligné que ce dernier avait stabilisé le système et mieux informé les Albertains sur l'avenir des services de santé dans la province.

« Si vous vous promenez dans les communautés, les gens sont désormais confiants quant [à la gestion] des services de santé », note la première ministre. 

Elle ajoute toutefois qu'il y a encore beaucoup de travail à accomplir.

« Je m'inquiète pour les soins à domiciles, tout comme Fred Horne, et c'est pourquoi il a entamé des travaux pour s'assurer que les contrats de soins à domicile existants satisfont les besoins des personnes qu'ils doivent aider », a déclaré Alison Redford.

Un avenir prometteur

La première ministre envisage avec optimisme l'avenir de la province. Un avenir qui selon elle pourrait comprendre la construction du pipeline Keystone.

Elle soutient que les derniers pourparlers avec les Américains sont encourageants.

D'après les informations recueillies par Jonathan Lavoie et Kim Trynacity.

PLUS:rc