NOUVELLES

Sixième grand rassemblement de dimanche à Kiev

29/12/2013 10:04 EST | Actualisé 28/02/2014 05:12 EST

La rue ne décolère pas en Ukraine, où des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans le centre de Kiev dimanche pour exiger le départ du président Viktor Ianoukovitch et dénoncer l'agression d'une journaliste.

Les manifestants pro-européens se mobilisent chaque dimanche depuis que leur gouvernement a mis fin au rapprochement avec l'Union Européenne en faveur de la Russie il y a plus d'un mois.

Mais cette semaine, la mobilisation a été plus importante en raison de l'agression de la journaliste Tetiana Tchornovol, connue pour ses enquêtes sur la corruption du président Ianoukovitch et son entourage. Son cas, qui a ému les Ukrainiens et les Occidentaux, a donné un nouveau souffle au mouvement.

Mme Tchornovol a été battue par des inconnus qui avaient forcé sa voiture à s'arrêter la nuit dans la banlieue de la capitale. Son visage a été défiguré, son nez a été cassé et elle souffre d'une commotion cérébrale.

Le gouvernement a laissé entendre que l'opposition était derrière cette agression, en affirmant que les cinq suspects arrêtés avaient des « contacts étroits » avec les partis du leader de l'opposition Vitali Klitschko et de l'opposante emprisonnée Ioulia Timochenko.

Mobilisation devant la résidence du président

Au moins 5000 manifestants pro-européens et les leaders de l'opposition se sont également réunis à Mejiguiria devant la résidence de campagne du président ukrainien, protégée par des cordons de policiers antiémeutes, des camions et des autobus.

Le célèbre boxeur Vitali Klitschko, l'un des leaders de l'opposition, était notamment sur place pour dénoncer « la corruption ».

« Le pouvoir ne doit pas penser qu'il peut se cacher derrière les enceintes et ne pas entendre son peuple. Ils verront que nous sommes nombreux et que nous n'avons pas peur. La prochaine fois, il y aura ici des millions de personnes », a-t-il lancé.

PLUS:rc