POLITIQUE

Québec fait une gaffe en évoquant la «primauté» du français, selon Impératif français

29/12/2013 12:39 EST | Actualisé 28/02/2014 05:12 EST
Getty
Quebec's Prime Minister Pauline Marois waits prior to an interview at the Hotel Westin on October 16, 2012 in Paris. AFP PHOTO JACQUES DEMARTHON (Photo credit should read JACQUES DEMARTHON/AFP/Getty Images)

MONTRÉAL - Le gouvernement Marois a commis une gaffe en évoquant, dans son projet de loi sur la charte de la laïcité, le principe de «primauté du français», estime le mouvement Impératif français.

Selon le président de l'organisation, Jean-Paul Perreault, Québec s'apprête à modifier la charte québécoise des droits et libertés pour y inclure, entre autres valeurs fondamentales, celle de la primauté du français.

Or, le gouvernement Marois aurait dû parler, selon lui, de «langue d'usage publique commune».

Le concept de primauté du français ne fait référence qu'à une prédominance de cette langue et sous-entend qu'il y en a d'autres au Québec, a-t-il plaidé, ajoutant que le gouvernement provincial se devait d'être très clair à ce chapitre.

M. Perreault affirme qu'en optant pour le principe de primauté, Québec ouvre la porte aux tensions entre les communautés francophone et anglophone, entre autres.

Il déplore que le gouvernement Marois «profite» de la charte sur la laïcité pour modifier la charte des droits et libertés et ainsi laisser libre cours aux divisions sociales.

Nul besoin d'ouvrir la voie à la francophobie et aux tensions linguistiques avec un tel faux pas, a-t-il ajouté.

INOLTRE SU HUFFPOST

Le meilleur et le pire du gouvernement Marois