NOUVELLES

Geste antisémite ou dédicace à un humoriste controversé: Anelka risque des sanctions

29/12/2013 12:05 EST | Actualisé 28/02/2014 05:12 EST

Le footballeur français Nicolas Anelka risque d'être sanctionné par la Fédération anglaise de football après un geste effectué en plein match samedi et considéré comme antisémite mais qu'il décrit comme un acte "antisystème" dédié à l'humoriste français controversé Dieudonné.

L'ancien international français de 34 ans a expliqué samedi sur son compte Twitter que son geste avait "juste" été une "dédicace à (son) ami humoriste Dieudonné".

"Bien sûr, je ne suis ni antisémite ni raciste et j'assume totalement mon geste", a-t-il également tweeté dimanche après-midi.

"Signification de quenelle: anti-système. Je ne sais pas ce que le mot religion vient faire dans cette histoire", écrit-il encore sur son compte officiel Twitter, jugeant que ce sont "les ministres qui donnent leurs propres interprétations" qui "créent l'amalgame et la polémique sans savoir ce que signifie vraiment ce geste!".

La Fédération anglaise de football a confirmé dimanche à l'AFP qu'elle allait ouvrir une enquête sur le geste du footballeur qui joue dans le championnat d'Angleterre sous les couleurs de West Bromwich Albion (centre de l'Angleterre).

Samedi, il a fêté sur le terrain le premier de ses deux buts contre West Ham United en tendant le bras droit vers le bas et en croisant l'autre devant sa poitrine, un geste baptisé "quenelle".

Inventé par Dieudonné, un humoriste français controversé et condamné à plusieurs reprises par la justice française pour ses propos sur la Shoah et les Juifs, ce geste a été notamment qualifié par le président de la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) Alain Jakubowicz de "salut nazi inversé".

Selon les règlements en vigueur dans le football britannique, Anelka encourt un minimum de cinq matches de suspension si les instances jugent son geste discriminatoire.

"Bravo à Anelka pour sa +quenelle+!! Magnifique!! Et merci pour ton soutien!!!", a réagi dimanche Dieudonné sur son compte Twitter où il réaffirme que la +quenelle+ n'est "pas un signe nazi ou antisémite". Nicolas Anelka a d'ailleurs retweeté la réaction de son "ami".

La Grande Mosquée de Paris a jugé que la "quenelle" était un "geste hybride entre le salut nazi et le bras d'honneur inversé" et a condamné "énergiquement tout acte ou propos à caractère antisémite ou raciste dans le monde sportif".

De son côté, l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) a dénoncé dans un communiqué "la lâcheté du soutien de Nicolas Anelka à Dieudonné", assurant "qu'à l'instar de Dieudonné qui se cache sous le masque de l'humour, les personnes qui miment le geste de la +quenelle+ n'assument pas leur antisémitisme".

Le Congrès juif européen avait appelé samedi les responsables du football anglais à suspendre Nicolas Anelka, qualifiant son geste de "salut nazi".

La ministre française des Sports, Valérie Fourneyron avait, elle, qualifié le geste d'Anelka de "provocation choquante, écoeurante".

Même si l'Italien Paolo Di Canio, connu autrefois pour ses saluts fascistes en tant que joueur à la Lazio Rome, a pu faire une respectable carrière de joueur et d'entraîneur en Angleterre (il vient d'être limogé de Sunderland, mais seulement pour ses résultats sportifs), Anelka pourrait, lui, déchanter.

Car les temps ont bien changé depuis le salut hitlérien adressé en 1996 par le gardien australien Mark Bosnich à White Hart Lane aux supporteurs de Tottenham, le club de la communauté juive de Londres.

A l'époque, le portier d'Aston Villa avait simplement écopé de 1.200 euros d'amende pour "mauvaise conduite". D'autres affaires plus retentissantes ont ensuite éclaté, amenant récemment la FA à changer son propre règlement en la matière.

Cette polémique intervient alors que Dieudonné débute dans quelques jours une tournée que le ministre français de l'Intérieur, Manuel Valls, tente d'empêcher.

Soutenant que Dieudonné est "antisémite et raciste" et jugeant que ses spectacles relevaient d'une "mécanique de la haine", Manuel Valls a indiqué qu'il entendait demander aux hauts représentants de l'Etat dans les régions d'"apprécier à l'occasion de chaque spectacle", "si le risque de troubles est caractérisé et justifie d'interdire la représentation".

Dimanche, le président François Hollande, en visite à Ryad, a apporté son soutien à M. Valls.

"Il faut approuver et soutenir le gouvernement et le ministre de l'Intérieur par rapport à des propos ou à des actes dont le caractère antisémite ne peut pas être nié", a déclaré M. Hollande, en réponse à une question sur Dieudonné au cours d'une conférence de presse.

Dieudonné M'Bala M'Bala (son nom complet), rendu célèbre dans les années 90 par ses sketches avec l'humoriste juif Elie Semoun, a suivi un parcours singulier en exprimant de plus en plus ouvertement des positions antisémites. Il s'est rapproché du parti d'extrême droite Front national, dont l'ancien leader, Jean-Marie Le Pen, est le parrain de l'un de ses enfants.

Banni de la plupart des médias, il reste très populaire sur internet où certaines de ses vidéos, dans lesquelles il répond notamment à ses détracteurs, ont été vues plus de deux millions de fois.

bur-mc/plh

PLUS:hp